224News.com

Bienvenue sur notre WebTV 224News.com est une plateforme Tv en ligne et un site d’actualités, partageant news quotidiens et émissions télévisées. Nos volets diversifiés : services de diffusion en ligne, campus voyages, promotion marketing et bannières publicitaires.

By SAtercom - Guinée

Bienvenue sur notre WebTV 224News.com est une plateforme Tv en ligne et un site d’actualités, partageant news quotidiens et émissions télévisées. Nos volets diversifiés : services de diffusion en ligne, campus voyages, promotion marketing et bannières publicitaires.

By SAtercom - Guinée

(rfi.fr)À la Une la Côte d’Ivoire sous la menace terroriste

 (rfi.fr)À la Une la Côte d’Ivoire sous la menace terroriste

L’information fait la Une de la presse ivoirienne ce mardi matin 30 mars : « les FACI, les forces armées de Côte d’Ivoire, mettent en déroute les assaillants », s’exclame Fraternité Matin.

« Ce qui s’est passé à Kafolo et Kolobougou », lance L’Intelligent. L’Intelligent qui reprend le communiqué de l’armée selon lequel « dans la nuit de dimanche à lundi, deux positions des FACI ont subi des attaques armées. La première est survenue à Kafolo et est le fait d’une soixantaine de terroristes lourdement armés venant du Burkina Faso. L’armée a repoussé les assaillants au terme d’une heure de combat intense et mis en œuvre une opération de ratissage. Bilan provisoire : 2 soldats tués et 4 blessés ; côté ennemi, 3 terroristes tués et 4 interpellés. La deuxième attaque est survenue à Kolobougou (non loin de la frontière avec le Burkina Faso) où un poste de gendarmerie a été la cible d’individus non identifiés. Un gendarme ivoirien a été tué et un autre blessé. »

« En juin dernier, rappelle pour sa part le siteAbidjan.net, une attaque d’une position de l’armée ivoirienne à Kafolo dans l’extrême nord du pays avait causé la mort d’une dizaine de soldats ivoiriens. »

L’hydre djihadiste étend ses tentacules

Pour Le Pays, au Burkina voisin, les djihadistes d’Amadou Kouffa pourraient bien être à l’origine de ces attaques : « Si les auteurs de ces attaques meurtrières restent non encore identifiés, les autorités ivoiriennes soupçonnent les hommes de la Katiba Macina d’Amadou Kouffa, affiliée au GSIM, le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans. En tous cas, pointe encore le quotidien burkinabè, ces deux attaques prouvent que l’hydre terroriste est en train d’étendre ses tentacules vers le littoral ouest-africain, comme l’affirmait récemment le patron du renseignement français, Bernard Emié. […] Le ver est-il désormais dans le fruit ? Il faut malheureusement craindre que oui. »

Avertissement ?

WakatSéra renchérit : « Les auteurs de cet acte terroriste auraient voulu lancer un avertissement au nouveau Premier ministre ivoirien, Patrick Achi, qu’ils ne s’y seraient pas pris autrement. Patrick Achi, à peine assis dans le fauteuil laissé par son prédécesseur Hamed Bakayoko, doit rapidement s’ériger en stratège de guerre pour protéger les populations ivoiriennes contre les terroristes, qui auraient désormais dans leur collimateur le golfe de Guinée, notamment la Côte d’Ivoire et le Bénin, où ils auraient projeté des attaques d’envergure. »

Et le site d’information burkinabè de s’interroger : « Est-ce le début de sombres présages pour ces autres pays de l’Afrique de l’Ouest, alors qu’avec l’appui de la Force du G5 Sahel et de la Force Barkhane, le bataillon de 1 200 militaires tchadiens, dits très aguerris est en train de se mettre en place pour la chasse aux terroristes ? »

La pression croissante des Chabab au Mozambique

Et puis dans un tout autre ordre de grandeur, Le Monde Afrique nous raconte « l’enfer de l’attaque djihadiste contre la ville de Palma, au Mozambique. L’attaque des Chabab du groupe Ahlu Sunna wal Jamaa (affilié à l’État islamique), qui a débuté mercredi, a fait des dizaines de victimes. […] Un bilan partiel, qui ne dit pas la violence d’une opération ayant entraîné la fuite éperdue de dizaines de milliers de personnes et des pertes qui s’annoncent lourdes, incluant des étrangers, dont un Britannique, plusieurs Sud-Africains et d’autres nationalités, vraisemblablement. La présence de ces étrangers tient à une raison, et à une proximité, précise Le Monde Afrique : celle du site de construction d’un projet gazier géant, opéré par le groupe Total, aux portes de Palma. »

Pourtant, relate encore Le Monde Afrique, « des milices d’autodéfense y avaient été organisées par les autorités locales. Elles n’ont pas plus pesé dans la défense que l’action des services de sécurité mozambicains, armée et police. Leur fuite a révélé l’ampleur du piège. Car depuis plusieurs mois, toutes les routes menant à la ville avaient été coupées par les combattants Chabab. Dans cette nasse, les prix avaient explosé, rendant la vie impossible à plus de 30 000 déplacés d’autres attaques. Dans la province de Cabo Delgado où ils opèrent, les djihadistes ne cherchent pas d’alliés dans les communautés rurales, mais pratiquent une forme de violence spectaculaire destinée à frapper les esprits, notamment en procédant à des décapitations. […] Plusieurs sources s’interrogent à présent sur une probable autre étape pour le groupe des Chabab. Et citent, comme possible objectif, le port de Pemba, jugé vulnérable, comme Palma. »

houssainatou

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related post