(Guineenews.org)Médias quand un ministre joue la carte de l’arrogance et perd…

 (Guineenews.org)Médias  quand un ministre joue la carte de l’arrogance et perd…

La sagesse commande qu’à un certain niveau dans son parcours socioprofessionnel que l’homme fasse les choses avec mesure, humilité et pondération. Mais c’est une qualité que certains de nos gouvernants  n’ont malheureusement pas. En témoigne ce mépris dont Bouréma Condé, ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation a fait preuve ce mercredi 31 mars 2021, à l’endroit des journalistes, à Conakry.

C’était à l’occasion de «la cérémonie de clôture du projet ‘‘augmenter l’enregistrement des naissances des moins de cinq ans dans les régions administratives de Conakry et de Labé’’ ». Tout s’est bien passé jusqu’au moment où le maître de la cérémonie à invité le représentant du gouvernement à cette rencontre afin d’échanger avec les journalistes pour davantage éclairer l’opinion sur le sujet…« Après ce discours, nous allons respectueusement vous demander de vous prêter à cet exercice qui est de coutume, chaque fois qu’il y a une cérémonie de ce genre, que les journalistes viennent poser des questions…», propose-t-il.

Mais c’était sans compter sur le mépris que Bouréma Condé pour les hommes des médias.  « Ils ne sont pas à la hauteur », réagit-il avant de rire en éclats avec ses interlocuteurs. Et comme si cela ne suffisait pas, quand l’ancien ardent défenseur du PUP (parti de l’unité et du progrès) reconverti dans le parti au pouvoir s’est livré à l’exercice, il en a profité pour remettre une couche. Il s’est adressé à un confrère en ces termes : « vous avez peur de parler ? Il ne faut pas avoir peur…» Et de prétendre « qu’il n’est pas facile de nous (ministre ndlr) poser des questions…»

Seulement, au bout du compte, il a joué la carte de l’arrogance et à perdu. En tout cas,  quand à la question de savoir quel est le niveau de participation du gouvernement dans ce projet qui lui a été posée, le « brillant » orateur a donné sa langue au chat. Il a écourté l’entretien en jetant un merci qui cache mal le fait qu’il s’est faufilé se rendant compte que la simple rhétorique ne suffisait pas.

houssainatou

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related post