224News.com

Bienvenue sur notre WebTV 224News.com est une plateforme Tv en ligne et un site d’actualités, partageant news quotidiens et émissions télévisées. Nos volets diversifiés : services de diffusion en ligne, campus voyages, promotion marketing et bannières publicitaires.

By SAtercom - Guinée

Bienvenue sur notre WebTV 224News.com est une plateforme Tv en ligne et un site d’actualités, partageant news quotidiens et émissions télévisées. Nos volets diversifiés : services de diffusion en ligne, campus voyages, promotion marketing et bannières publicitaires.

By SAtercom - Guinée

(Reseauinternational)La dictature des nombres

 (Reseauinternational)La dictature des nombres

par Andrei Martyanov.

Voici quelques chiffres, nous commencerons par deux : 447 millions et 4,67 milliards. Ces deux chiffres en disent long, et sont à la base du déclin des États-Unis et de leur comportement de plus en plus irrationnel qui pourrait, en citant le célèbre tube de Bachman Turner Overdrive, nous amener au proverbial « vous n’avez encore rien vu ». Le premier chiffre correspond à la population de l’Union européenne, tandis que le second correspond à la population de l’Asie. La population de l’Asie représente environ 60% de la population mondiale. La deuxième place est occupée par l’Afrique, qui compte environ 1,37 milliard d’habitants, et la troisième par l’Amérique latine et les Caraïbes, avec 659 millions d’habitants, ce qui est nettement supérieur à la population de l’Union européenne. La population de l’Amérique du Nord est d’environ 371 millions, ce qui, dans l’ensemble, n’est pas très impressionnant.

L’histoire du colonialisme – j’omets délibérément ici le qualificatif « occidental », il y a eu toutes sortes de colonialismes – en relation avec le capitalisme classique ne se résumait pas à l’exploitation des colonies au profit de la métropole. Si les images de l’extraction des ressources naturelles des colonies et de leur expédition vers les métropoles sont correctes, elles ne forment pas un tableau complet. En fin de compte, les colonies étaient considérées comme des marchés où la métropole vendait ses produits.

Plus la colonie est grande, plus sa population est nombreuse, plus le marché des produits fabriqués dans la métropole est important. Tout cela avait un sens économique complet, bien que souvent sanglant, à l’époque du bon vieux capitalisme industriel, lorsque la métropole obtenait des ressources de la colonie et les transformait en produit fini, puis expédiait ce produit fini, avec une énorme valeur ajoutée, pour le vendre dans la colonie. Pour les Amérindiens qui ont vendu Manhattan aux Hollandais en 1626 pour une valeur présumée, et vivement contestée par les historiens, de 24 dollars en produits finis, tout ce qui était offert représentait une valeur énorme pour eux, car ils ne pouvaient pas produire ces articles, qu’il s’agisse, comme le dit la mythologie, d’offres de verre brillant ou de tout autre article que les Hollandais, beaucoup plus avancés technologiquement, leur offraient. C’est ainsi que cela a fonctionné plus ou moins pendant des siècles. Plus on produisait d’articles de qualité, plus on devenait riche. Jusqu’à ce que l’économie FIRE et le simulacre du post-industrialisme soient révélés au monde par des gens dont la plupart auraient du mal à passer un examen, sans parler de l’obtention d’un diplôme d’ingénieur industriel.

Avance rapide jusqu’en mai 2000 et l’adoption de la résolution 4444 de la Chambre des Représentants sur le Commerce avec la Chine. Dans l’une des déclarations les plus profondément insensées et ignorantes de la politique étrangère et économique des États-Unis, Bill Clinton a proclamé que :

« Aujourd’hui, la Chambre des Représentants a fait un pas historique vers la prospérité continue aux États-Unis, la réforme en Chine et la paix dans le monde. Si le Sénat vote comme la Chambre vient de le faire, pour étendre les relations commerciales normales permanentes avec la Chine, cela ouvrira de nouvelles portes commerciales pour les États-Unis et un nouvel espoir de changement en Chine. Il y a sept ans, lorsque je suis devenu président, j’ai tracé une nouvelle voie pour une nouvelle économie – une voie de discipline fiscale, d’investissement dans notre peuple et d’ouverture commerciale. J’ai toujours pensé qu’en ouvrant les marchés à l’étranger, nous ouvrons des possibilités chez nous. Nous avons travaillé dur pour faire avancer cet objectif d’un commerce plus ouvert et plus équitable depuis 1993, jusqu’à la loi historique que j’ai signée il y a quelques jours pour développer le commerce avec l’Afrique et le bassin des Caraïbes ».

Digne de la fausseté pure et du pathos insupportable – l’équivalent économique de la proclamation de Chamberlain « La paix en notre temps » de 1938, après avoir signé la capitulation de Munich face à Hitler – la déclaration de Clinton a ébranlé même ceux qui, autrement, n’auraient pas prêté beaucoup d’attention aux affaires économiques des États-Unis. La Chine n’a pas été bouleversée ; pourquoi le serait-elle ? Tant l’ALENA que l’adhésion de la Chine à l’OMC ont servi d’aspirateur massif pour aspirer la vie des industries américaines et, bien sûr, il ne s’agissait pas des « industries » de la banque ou du conseil financier qui étaient expédiées à l’étranger. L’industrie manufacturière américaine a commencé à quitter ses propres côtes. L’Amérique a commencé à perdre le seul outil qui était et qui reste encore aujourd’hui le seul moyen valable de parvenir à la prospérité économique – la capacité de production. Un concept qui échappe à la plupart des économistes et des pseudo-scientifiques politiques américains, dont la plupart portent aujourd’hui des costumes taillés en Chine, ont des iPhones fabriqués en Chine et utilisent des ordinateurs portables et des PC assemblés là-bas également.

Certes, les États-Unis produisent encore certaines choses – des avions civils, par exemple. Mais depuis toute l’affaire du Boeing 737 Max, qui ne peut être décrite que par les jurons les plus forts, l’éclat de la façade extérieure polie de Boeing a largement disparu et le pilier de l’aviation commerciale américaine a de facto perdu la compétition au profit de son rival européen Airbus. Les voitures ? Bien sûr. Les États-Unis restent compétitifs dans la fabrication de camions. Le reste ? Les berlines américaines ne sont pas compétitives et perdent du terrain face aux constructeurs japonais et coréens, tant au niveau national qu’international. Il suffit de voir que Ford a perdu le marché russe au profit des constructeurs asiatiques, russes et européens, la dernière usine de Ford Focus ayant récemment fermé en Russie.

Autre évolution plutôt surprenante, Hollywood, principale exportation du soft power des États-Unis, perd de son pouvoir de pénétration en Chine et en Russie. En fait, il n’est pas seulement en train de le perdre, il l’a déjà perdu. Si une telle proposition aurait fait rire il y a 20 ans, le fait que les films produits en Russie dominent aujourd’hui le box-office russe est accepté comme absolument normal. Il en va de même pour le marché chinois du cinéma, à tel point qu’Hollywood est obligé de se plier aux exigences de la Chine pour avoir une chance de toucher le gigantesque public chinois. Même avant la pandémie, les performances d’Hollywood n’étaient pas impressionnantes et étaient en déclin. Les « valeurs » d’Hollywood, à savoir le féminisme radical, la misogynie anti-hommes et la promotion de la déviance sexuelle, ne sont guère prisées par les sociétés chinoises et russes, largement conservatrices.

Bien sûr, il y a certains articles que les États-Unis fabriquent aujourd’hui et qui sont demandés ou, si l’on en vient à la réalité, imposés de force aux clients – les systèmes d’armement américains, extrêmement surévalués et à l’efficacité douteuse. C’est ce qui reste du puissant outil industriel américain d’autrefois, qui pouvait produire n’importe quoi, des chaussettes et des combinaisons de cuisine aux excellents avions de combat et commerciaux. Aujourd’hui, cette capacité n’existe plus, puisque c’est la Chine qui est le principal fabricant de biens de consommation dans le monde, et que la seule façon pour les États-Unis de s’assurer un marché pour leurs armes est de conserver l’Europe, c’est-à-dire l’OTAN, comme principal client et vassal. L’OTAN sera heureuse (sinon, les révolutions de couleur sont un bon outil pour convaincre ceux qui ont des doutes) « d’acheter » les armes des États-Unis et la « défense » de l’Europe, mais les États-Unis ont besoin que les Européens croient que des hordes d’Ivans russes à barbe arriérés, qui détestent la démocratie et n’acceptent que deux sexes, sont prêts à bondir pour priver l’Europe de ses valeurs préférées de dépravation sexuelle totale, de ses villes, également connues sous le nom de cloaques multiculturels sales et d’une économie en déclin pour les raisons que seuls les Américains connaissent, alors que les Russes dans leur grande majorité, en particulier les jeunes Russes, ne veulent pas s’identifier comme Européens.

Donc, pour convaincre ces 447 millions de résidents de l’UE qu’ils ont besoin de la protection et des armes des États-Unis, les États-Unis ont besoin que la Russie s’engage dans la guerre en Ukraine et si cela doit se terminer par la destruction totale, et ce sera le cas si la Russie le décide vraiment, des forces armées ukrainiennes et, probablement, de l’État ukrainien, qu’il en soit ainsi. Les Américains ne se sont jamais vraiment souciés de savoir combien d’aborigènes mourraient, tant que cela servait les intérêts des États-Unis. Ou, si l’on veut, un état de la condition américaine, qui se détériore régulièrement parce que non seulement les États-Unis ont de moins en moins de substance, c’est-à-dire de valeur ajoutée élevée, à vendre au monde, mais la formation du monstre économique et militaire de l’Eurasie fait passer les États-Unis de leur statut autoproclamé, grossièrement exagéré pour commencer, d’hégémon mondial au statut, au mieux, d’un des rares gros bonnets de la planète. Au pire, les États-Unis sont écartés de l’Eurasie en tant que concurrent viable et sont relégués au statut de puissance régionale – toujours puissants par rapport à leurs voisins continentaux mais n’ayant aucune chance d’atteindre ce deuxième nombre de 4,67 milliards. C’est une grosse partie de la population et des clients.

Imaginez maintenant que les États-Unis perdent l’UE. Soudain, 4,67 milliards deviennent 4,67 milliards + 447 millions = 5,117 milliards, soit 65% de la population de la Terre. Il s’agit d’une énorme majorité de la population mondiale et, surtout, d’une population dont une grande partie peut payer pour des biens, contrairement à ce qui se passe avec la gigantesque population de l’Afrique. De plus, cette population est concentrée dans une seule masse continentale qui est isolée des États-Unis par deux océans. Les États-Unis ne peuvent pas laisser se produire cette consolidation du marché et la perte de l’Europe, qui selon la pensée de Washington, équivaut à une capitulation. Les États-Unis doivent donc s’accrocher à l’UE, ou à ce qu’elle deviendra une fois qu’elle s’effondrera inévitablement, et l’OTAN reste le seul outil permettant de soumettre les faibles européens. Faire en sorte que la Russie anéantisse les forces armées ukrainiennes est un moyen parfait pour effrayer les Européens afin qu’ils abandonnent toute tentative de rivaliser économiquement avec les États-Unis et leur refuser l’accès à l’énergie de la Russie.

Compte tenu du niveau extrêmement bas de l’érudition occidentale dans le domaine de la géopolitique pratique et de sa progéniture pseudo-scientifique – la géoéconomie – qui n’a pas réussi, au cours des 30 dernières années, à fournir ne serait-ce que la moindre description floue du monde émergent, il importe peu que les États-Unis « conservent » l’Europe ou non. Les raisons de l’échec total de ces prédictions « académiques » et des politiques qui en découlent sont nombreuses, mais quelques-unes d’entre elles méritent qu’on s’y attarde.

1 – L’Europe n’est plus un partenaire commercial crucial pour la Russie et les échanges mutuels se sont effondrés ces dernières années. Cette tendance va se poursuivre et elle n’est pas seulement due à la pression exercée par les États-Unis sur l’UE, même si c’est aussi le cas, mais elle résulte du changement constant de modèle économique de la Russie et de sa réorientation vers l’Asie, qui est désormais largement achevée. La Russie n’a tout simplement plus besoin de nombreux produits qu’elle avait l’habitude d’acheter dans l’UE. La politique de substitution des importations est globalement un succès et la Russie va continuer à s’isoler économiquement de l’Occident.

2 – Le gazoduc Nord Stream 2, dont on parle beaucoup, n’est plus un projet économique crucial pour la Russie. La Russie peut absorber les pertes si le projet est éventuellement saboté par les États-Unis et ses caniches européens comme la Pologne, mais pour l’Allemagne, et l’UE en général, ce sabotage aboutira à une catastrophe, en raison des politiques énergétiques suicidaires des verts européens qui rendent les coûts des biens européens extrêmement dépendants de l’énergie. En réalité, les tentatives de sabotage de Nord Stream 2 par les États-Unis sont principalement dirigées contre l’UE en général, et l’Allemagne en particulier, et non contre la Russie en soi.

3 – Les États-Unis ont perdu la course aux armements. Le processus d’acquisition d’armes et la doctrine militaire des États-Unis ne peuvent plus être considérés comme un processus normal, c’est-à-dire logique et justifié. Bien qu’ils soient encore capables de produire des plates-formes et des outils de pointe, tels que le traitement des signaux, les ordinateurs de combat et les réseaux de communication, les moyens de reconnaissance, en termes d’armes proprement dites, les États-Unis commencent à accuser un retard sur la Russie, non seulement en termes d’années mais aussi de générations. Comme l’a admis récemment, en février 2021, le rapport du Congressional Budget Office sur la défense antimissile, les États-Unis sont sans défense contre une salve de combinaison de missiles de croisière de la nouvelle Russie et il n’y a rien pour les arrêter. Il n’y a rien. Les systèmes de défense aérienne américains sont très en retard sur les systèmes russes et l’écart ne fait que se creuser avec le S-500 russe qui entre en production de série et le dernier S-350 qui est déjà déployé dans les unités de première ligne.

4 – Les États-Unis ne sont tout simplement pas en mesure de développer des missiles supersoniques anti-navires modernes et la marine américaine est obligée, de manière incompréhensible, d’acheter le Kongsberg Naval Strike Missile norvégien – un missile subsonique médiocre qui n’a rien à envier aux armes de frappe modernes supersoniques et hypersoniques déployées par la Russie, et qui ne peut survivre dans un environnement moderne de défense aérienne et de MCE.

5 – Enfin, le niveau intellectuel et le niveau de conscience des élites américaines modernes sont en chute libre, ce qui a inévitablement entraîné l’embarras des dernières élections américaines, en particulier le scandaleux débat entre deux candidats gériatriques en 2020, qui a fait passer les États-Unis pour une émission de télévision clinquante. La perte de légitimité qui en a résulté et une nouvelle confirmation de la position des États-Unis en tant qu’entité incapable de conclure un accord ne sont guère de nature à renforcer la réputation déjà ternie des États-Unis en tant que tyrannie à grande gueule et de l’inculture et du manque d’éducation de ses élites.

Les États-Unis ne remplissent déjà pas un certain nombre de critères impératifs pour le statut de superpuissance, parmi lesquels un critère militaire est crucial. Si certains « stratèges » militaires américains avaient encore l’idée suicidaire de combattre la Russie de manière conventionnelle en Ukraine en 2014, aujourd’hui, en 2021, une telle idée est carrément folle, car les États-Unis ne peuvent pas gagner une guerre conventionnelle dans le voisinage de la Russie et toute force américaine sera anéantie. Cela ne laisse aux États-Unis que deux options :

1 – En effet, en croyant à sa propre propagande, elle tente de semer la pagaille en Ukraine, de provoquer la Russie dans une opération militaire directe, puis d’introduire sur le théâtre des opérations les forces que les États-Unis et l’OTAN auront rassemblées. Un tel plan est voué à l’échec, car non seulement cette force sera anéantie, mais les pays de l’OTAN participants risquent de voir leurs installations militaires détruites par des armes à distance. Cela soulève la possibilité d’une escalade des États-Unis vers le seuil nucléaire, ce qui signifie que les États-Unis pourraient cesser d’exister en tant que pays. Il s’agit d’un plan indésirable et la majorité des décideurs américains, à l’exception de quelques cas graves de troubles psychologiques russophobes qui sont nombreux au sein de l’administration actuelle et des élites américaines, comprennent ce que cela signifie. Ainsi, sans être totalement impossible, la probabilité qu’un tel plan soit mis en œuvre est assez faible. Sans parler du fait que pour que les États-Unis combattent de manière conventionnelle autour de la Russie, il faudra réunir des forces qui éclipseront celles qui ont été réunies pour la première guerre du Golfe. Là, les États-Unis ont eu presque 6 mois pour le faire.

2- Donc, ce qui reste de façon réaliste, c’est de pousser l’Ukraine dans une campagne suicidaire, la Russie étant désignée comme agresseur avant même que les premiers coups de feu ne soient tirés. Ce que les États-Unis ne reconnaissent pas, c’est le fait que cela délierait les mains de la Russie qui a déjà une domination écrasante en matière d’escalade, non seulement sur l’Ukraine, mais aussi sur tout ce qui pourrait être tenté en termes de « soutien » au régime irrationnel de Kiev. La Russie a de nombreuses options, les États-Unis n’en ont qu’une : il faut une guerre dans le Donbass, qui, selon la pensée de Washington, permettra de pousser les Européens à la soumission, ce qui devrait prétendument permettre aux États-Unis de sauver leur statut hégémonique. Ce ne sera pas le cas, même si l’Europe est poussée à la soumission.

Les États-Unis disposent aujourd’hui de la seule ressource qui leur permet de rester pertinents – la réalité virtuelle de la presse à billets et de la propagande médiatique qui est de plus en plus inefficace. On pouvait cacher les villes décrépites, les émeutes de masse, la destruction du système éducatif, l’incompétence des échelons supérieurs politiques et militaires, les pratiques sociales suicidaires et l’effondrement de l’ordre public, aggravé par les énormes files d’attente aux banques alimentaires, pendant un certain temps seulement.

Aujourd’hui, l’Europe est ouverte et même subjuguée et, prétendument, l’ouverture des marchés européens aux quelques articles que les États-Unis peuvent encore fournir à leurs clients sur place ne change rien au fait que les États-Unis, tels qu’ils existent aujourd’hui, n’ont pas d’avenir avec ou sans l’Europe et qu’ils doivent encore concilier avec l’immense capacité de production de la Chine et la puissance militaire avancée de la Russie qui poussent à l’unification du marché eurasien, que les États-Unis déclenchent ou non la guerre en Ukraine. Même sans l’UE, ce marché éclipse tout ce que les États-Unis seront capables de « sauver » pour éviter d’être relégués dans une ligue inférieure. Elle ne peut pas arrêter un processus en cours depuis des années maintenant, une fois que la Russie, après le coup d’État sanglant en Ukraine, a compris qu’il n’y avait personne à qui parler dans l’Occident combiné qui, en plus de perdre sa puissance militaire et économique, a commencé à se désintégrer de l’intérieur en raison de sociétés occidentales de plus en plus totalitaires et incapables de faire face à la réalité que nous vivons toujours dans un monde hautement industrialisé qui a besoin d’énergie, d’installations industrielles et d’armes pour les défendre. La Chine et la Russie semblent accumuler tout cela et, avec cela, le destin des États-Unis est scellé.

Bill Clinton a peut-être pensé qu’il avait « tracé la nouvelle voie pour une nouvelle économie » en 2000, mais malheureusement pour lui et pour les États-Unis, la « nouvelle économie » s’est avérée être une vieille économie. Quoi ? Vous ne pensiez pas que les jeans, les smartphones et les moteurs de fusée poussaient sur les arbres, quand même ?

source : https://www.unz.com

traduit par Réseau International

houssainatou

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related post