l'infos du monde de dernières minutes 7j/7

(rfi.fr)Mort de Thomas Sankara la justice décide de la mise en accusation de l’ex-président Compaoré

 (rfi.fr)Mort de Thomas Sankara la justice décide de la mise en accusation de l’ex-président Compaoré

Ce mardi, le tribunal militaire a décidé de la mise en accusation de l’ex-président Blaise Compaoré pour attentat à la sureté de l’État, complicité d’assassinat et recel de cadavres dans le dossier de l’assassinat de l’ancien chef de l’État Thomas Sankara. Gilbert Diendéré, ancien bras droit de Blaise Compaoré, est lui aussi poursuivi. Au total, 14 personnes doivent comparaître devant le tribunal dans ce dossier.

Avec notre correspondant à OuagadougouYaya Boudani

Poursuivi pour attentat à la sureté de l’État, complicité d’assassinat et recel de cadavres, l’ex-président devra se présenter devant le tribunal pour un procès. Selon la décision judiciaire, il existe suffisamment de charges contre l’ancien dirigeant pour les faits de recel de cadavres et le tribunal maintient le mandat d’arrêt international contre lui.

Mandat maintenu aussi pour Hyacinthe Kafando, poursuivi pour assassinat et attentat à la sureté de l’État. Il est le présumé chef du commando qui a procédé à l’assassinat du capitaine Thomas Sankara et ses compagnons. Également accusé dans cette affaire, le général Gilbert Diendéré, proche de Blaise Compaoré. Dans ce dossier, quatorze personnes sont renvoyées devant la justice.

Dans le même temps, le tribunal militaire a ordonné la mise en détention de toutes les personnes dont les charges ont été confirmées, même si aucune date n’a été fixée pour le procès. Les mandats d’arrêt sont donc maintenus contre ceux qui sont à l’étranger.

L’équipe de défense du général Gilbert Dienderé, détenu aujourd’hui dans le cadre d’un autre dossier, avait soulevé l’exception de prescription. Étant donné que l’affaire n’avait connu de traitement judiciaire durant des dizaines d’années, elle devrait être considérée comme prescrite, selon ces avocats qui évoquaient les textes en vigueur. Une exception rejetée par le tribunal.

En revanche, il n’y aura pas de procès pour cinq autres personnes qui étaient citées dans l’affaire, mais qui sont décédées. Parmi elles figurent Nacoulma Wampasga, le colonel-major Alain Laurent Bonkian, Tasseré Dianda ou encore Salam Yerbanga.

houssainatou

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related post