224News.com

Bienvenue sur notre WebTV 224News.com est une plateforme Tv en ligne et un site d’actualités, partageant news quotidiens et émissions télévisées. Nos volets diversifiés : services de diffusion en ligne, campus voyages, promotion marketing et bannières publicitaires.

By SAtercom - Guinée

Bienvenue sur notre WebTV 224News.com est une plateforme Tv en ligne et un site d’actualités, partageant news quotidiens et émissions télévisées. Nos volets diversifiés : services de diffusion en ligne, campus voyages, promotion marketing et bannières publicitaires.

By SAtercom - Guinée

(Reseauinternational)Sergueï Lavrov dénonce la Perfide Albion dans la querelle des diplomates de l’Union Européenne

 (Reseauinternational)Sergueï Lavrov dénonce la Perfide Albion dans la querelle des diplomates de l’Union Européenne

par Finian Cunningham.

La Grande-Bretagne fomente une crise diplomatique entre l’Union Européenne et la Russie, selon le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov. Les preuves et les précédents indiquent que Lavrov a les sens bien aiguisés.

L’aptitude notoire de l’establishment britannique à la machination et à l’intrigue – d’où l’ancien surnom de Perfide Albion – peut être considérée comme l’une des causes de l’escalade du conflit entre l’Union Européenne et la Russie, dans lequel des diplomates sont expulsés à tour de bras.

Cette semaine, la Russie a ordonné le retrait des représentants de l’Estonie, de la Lettonie, de la Lituanie et de la Slovaquie. Cette mesure a été prise en réponse à l’expulsion de diplomates russes de ces pays. La Russie a également ordonné le retour chez eux d’autres diplomates de la République Tchèque. La Pologne et l’Italie ont également été prises dans un antagonisme diplomatique avec Moscou.

Le conflit a éclaté la semaine dernière lorsque la République Tchèque a accusé des agents de l’État russe d’être responsables de deux explosions sur son territoire en 2014. Ces explosions ont causé la mort de deux travailleurs dans un dépôt de munitions près du village de Vrbetice, à proximité de la frontière avec la Slovaquie. Jusqu’à récemment, les autorités tchèques avaient conclu que les explosions étaient un accident industriel.

Ce qui a poussé les Tchèques à revoir leurs idées et à accuser maintenant la Russie de sabotage, c’est l’interpellation de la Grande-Bretagne qui a fourni de « nouvelles informations ». Plus précisément, c’est le groupe de presse Bellingcat (une soi-disant agence d’investigation privée), parrainé par le MI6, qui semble avoir fourni la désinformation censée démontrer l’implication des services de renseignement militaires russes (GRU). Aussi incroyable que cela puisse paraître, les Britanniques affirment que leurs « preuves » montrent que deux des agents du GRU sont également les mêmes individus qui auraient été impliqués dans l’empoisonnement de l’espion-traître russe Sergueï Skripal en Angleterre en 2018. Les Britanniques prétendent disposer d’informations sur les passeports pour étayer leurs affirmations, mais une telle méthodologie est truffée de falsifications – un art noir dans lequel les Britanniques ne sont que trop habiles.

En portant l’accusation contre la Russie, la République Tchèque a ensuite ordonné l’expulsion de 18 diplomates russes. Moscou a réagi avec colère, affirmant que les allégations de sabotage étaient une « sale fabrication » et soulignant que Prague n’avait fourni aucune information pour vérification. La Russie a rapidement pris des mesures de réciprocité en bannissant 20 diplomates tchèques de son territoire.

Cependant, le conflit continue de s’enflammer et les États baltes sont entrés dans la danse en bannissant les fonctionnaires russes par « solidarité » avec la République Tchèque. La décision des États baltes est prévisible, car ils sont animés d’un sentiment politique anti-russe. Tous les prétextes sont bons pour envenimer les relations.

Ce différend survient à un moment délicat où l’Union Européenne envisage d’imposer davantage de sanctions à la Russie en raison de préoccupations plus larges concernant le conflit en Ukraine, l’emprisonnement du blogueur Alexei Navalny et la répression des forces de sécurité russes contre le réseau « d’opposition » de Navalny, soutenu par l’Occident.

L’escarmouche au sujet des diplomates est un moyen commode de nuire davantage aux relations entre l’UE et la Russie, surtout à l’approche de l’achèvement du projet de gazoduc Nord Stream 2, d’une importance stratégique, que Washington veut éviscérer pour ses propres raisons commerciales égoïstes. Le partenaire junior de l’Oncle Sam, la Grande-Bretagne, pourrait se montrer serviable à cet égard et tenter ainsi de s’attirer les faveurs des Américains pour obtenir un accord commercial dans le monde post-Brexit.

Le plus haut diplomate russe, Sergueï Lavrov, est clair quant à la main furtive de la Grande-Bretagne dans les événements récents. Dans une interview accordée aux médias cette semaine, Lavrov a mentionné le Royaume-Uni en termes méfiants, en disant : « En ce qui concerne les relations entre la Russie et l’Europe, je continue de penser que le Royaume-Uni joue un rôle actif et subversif très sérieux. Il s’est retiré de l’Union Européenne, mais nous ne constatons aucune diminution de ses activités dans ce domaine. Au contraire, ils essaient d’influencer au maximum les approches des États membres de l’UE vis-à-vis de la Russie ».

Il convient de rappeler que la Grande-Bretagne a joué un rôle flagrant de duplicité dans la diabolisation de la Russie et l’empoisonnement des relations internationales.

C’est Bellingcat (MI6) qui a propagé le récit selon lequel la Russie était complice de l’abattage de l’avion de ligne malaisien en 2014 au-dessus de l’Ukraine orientale, avec la perte de près de 300 vies. Sur la base de « preuves » britanniques (qui ont été démystifiées comme des fabrications), une enquête néerlandaise sur la catastrophe a accusé la Russie. Cette affaire a durci les préjugés européens contre la Russie, ce qui a fomenté l’imposition de sanctions.

C’est un ancien agent du MI6 britannique, Christopher Steele, qui a contribué à promouvoir le dossier Russiagate autour de 2016, qui a détruit les relations bilatérales entre les États-Unis et la Russie, et qui continue d’alimenter les affabulations sur l’ingérence de Moscou dans la politique américaine et européenne (même le « sale dossier » de Steele est un risible ramassis d’inepties et a été démenti).

Et c’est la saga Skripal à Salisbury en mars 2018 que la Grande-Bretagne a ourdie pour empoisonner davantage les relations internationales avec la Russie. Cette saga – sans aucune preuve contre la Russie – est devenue une « preuve standard » concoctée pour la saga ultérieure de « l’empoisonnement » de l’escroc Alexei Navalny. Les gouvernements et les médias occidentaux font référence au « complot du Kremlin » pour tuer Skripal comme « preuve » d’un autre « complot du Kremlin » pour assassiner Navalny. Cela revient à utiliser une fiction pour prouver une autre fiction. La même saga alimente maintenant le conflit de l’explosion tchèque. Et tout cela revient à l’ingéniosité sournoise de la Perfide Albion.

Le ministre des Affaires étrangères Lavrov a ajouté un autre commentaire incisif sur le rôle de la Grande-Bretagne. Il a déclaré : « En même temps, vous savez, ils nous envoient des signaux, ils proposent d’établir des contacts. Cela signifie qu’ils n’hésitent pas à communiquer [avec la Russie], mais qu’ils essaient de décourager les autres. Encore une fois, probablement [cela peut s’expliquer par] leur désir d’avoir le monopole de ces contacts et de prouver à nouveau qu’ils sont supérieurs aux autres ».

L’establishment britannique aime se vanter qu’il « boxe au-dessus de sa catégorie » en termes d’influence au-delà de sa taille territoriale. Il n’est pas difficile de voir comment ils réussissent un tel exploit. Cela s’appelle duplicité, intrigue, mensonge, diviser pour mieux régner. La perfide Albion par excellence.

source : https://www.strategic-culture.org

houssainatou

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related post