l'infos du monde de dernières minutes 7j/7

l'infos du monde de dernières minutes 7j/7

(observateurcontinental)Le début de la campagne à Gaza: «L’étincelle dans le baril explosif du Moyen-Orient»

 (observateurcontinental)Le début de la campagne à Gaza: «L’étincelle dans le baril explosif du Moyen-Orient»

Observateur Continental a discuté avec l’analyste politique, Germán Gorráiz López, sur la situation à Jérusalem-Est.

Le conflit entre les musulmans et les Juifs de l’Etat d’Israël continue de provoquer de nombreuses victimes. La communauté internationale s’inquiète. L’Onu déclare que l’expulsion de familles palestiniennes de Jérusalem-Est constituerait une violation du droit international. 

Quelle est l’origine fondamentale du conflit entre Israël et la bande de Gaza?
Germán Gorráiz López: L’ancien président Jimmy Carter dans son livre Palestine, Paix pas Apartheid, dénonce le «système d’apartheid qu’Israël applique aux Palestiniens» et surtout, la bande de Gaza, transformée en un ghetto isolé du monde et privé des approvisionnements de base. Le groupe fondamentaliste Hamas (déclaré groupe terroriste par les Etats-Unis et l’UE) dirige la bande depuis 2007, poursuit la mise en place d’une République islamique à Gaza et en Cisjordanie et serait totalement réfractaire aux diktats d’Israël, contrairement au président de l’Autorité palestinienne basé en Cisjordanie, Mahmoud Abbas, qui est devenu une marionnette à vie de gouvernements juifs successifs.

Est-ce que l’invasion de la mosquée Al-Aqsa par Tsahal est une manière de célébrer l’annexion de Jérusalem-Est de 1967?
– Les colons seraient le fer de lance de la feuille de route du Grand Israël que le Likoud défend. Ainsi, les rabbins extrémistes israéliens formeraient des colons dans des écoles situées dans des colonies construites illégalement en Cisjordanie et dans la ville d’Al-Quds (Jérusalem) à commettre des actes terroristes contre les Palestiniens (attaques de haine et de vengeance) et attendraient l’intifada qui s’ensuivrait. Benjamin Netanyahou est ravi de les avoir comme fer de lance car quand il a des problèmes électoraux ou judiciaires comme en 2007 et aujourd’hui, les colons lancent des provocations qui mènent à la dynamique endémique d’action et de réaction qui lui fournit plus tard de si bons résultats aux urnes.

Pouvons-nous parler d’opération de «nettoyage ethnique» à Jérusalem-Est?
– A Jérusalem-Est, il y aurait eu une expulsion systématique de ses habitants palestiniens primitifs (environ 98% de la population totale en 1967) et leur remplacement par des colons israéliens jusqu’à atteindre 50% de la population en 2019. Ces données doivent être prises avec réserves étant donné les motivations politiques des deux parties opposées et l’avant-dernier épisode de la feuille de route de celui envisagé par les Palestiniens, le «nettoyage ethnique de Jérusalem-Est» serait l’expulsion forcée projetée des habitants palestiniens du quartier de Sheikh Jarrah par l’occupation par les colons israéliens. Benjamin Netanyahou a réaffirmé «le droit du peuple juif à construire à Jérusalem», car selon ses mots «même les Palestiniens savent que ces endroits resteront sous souveraineté israélienne sous n’importe quel arrangement».

Quelles sont les différences fondamentales entre Theodor Herzl, le Likoud et le gouvernement Netanyahou?
– Theodor Herzl, considéré comme le père de l’actuel Etat d’Israël et fondateur du sionisme dans son œuvre The Old New Earth (1902), pose les fondations de l’Etat juif actuel en tant qu’utopie moderne, démocratique et prospère d’une nation dans laquelle le peuple juif était projeté dans le contexte de la quête de droits pour les minorités nationales apatrides de l’époque, telles que les Arméniens et les Arabes. Pour sa part, Benjamin Netanyahou aspire à ressusciter l’endémisme du Grand Israël (Eretz Israël) qui aurait pour principal champion Isaac Shamir en défendant que «la Judée et la Samarie (termes bibliques de l’actuelle Cisjordanie) font partie intégrante de la terre d’Israël. Ils n’ont été capturés et ne seront rendus à personne» et les postulats seraient basés sur cette doctrine actuelle du Likoud dirigé par Benjamin Netanyahou.

Est-ce que la décision de mettre l’ambassade des Etats-Unis à Jérusalem s’explique par l’AIPAC?
– Benjamin Netanyahou aspire à faire de Jérusalem la «capitale indivisible du nouvel Israël» après l’invasion de sa partie orientale, après la guerre des Six jours (1967), thèse qui a été renforcée avec le transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem dans le deuxième mandat de Donald Trump en un mouvement parrainé par l’American Israel Public Affairs Committee (AIPAC), le groupe de pression pro-israélien le plus influent aux Etats-Unis et dont le bourreau était le gendre de Donald Trump, Jared Kushner, un juif orthodoxe dont les grands-parents ont survécu à l’Holocauste.

Avons-nous dans le monde d’autres Jérusalem-Est?
– Belfast, Berlin, Nicosie, Mostar et Ceuta seraient des paradigmes de villes divisées pour des raisons religieuses, ethniques ou politiques. De ceux-ci, seul Berlin aurait réussi à s’unifier en déclinant le conflit qui les affrontait et en étant capable d’éliminer le mur réel et virtuel qui séparait les deux moitiés.

Que faudrait-il faire pour résoudre ces conflits entre Israël et la Palestine?
– Le message clair de l’ancien président Carter serait que «la paix est possible grâce au dialogue et qu’Israël et les Etats-Unis doivent négocier avec le Hamas et la Syrie, deux acteurs cruciaux de la politique au Moyen-Orient». De son côté, en 1938, le visionnaire Einstein a mis en garde contre les dangers d’un sionisme exclusif en déclarant: «Je voudrais qu’un accord raisonnable soit conclu avec les Arabes sur la base d’une vie pacifique en commun car il me semble que ce serait être préférable à la création d’un Etat juif», thèse impossible à germer dans le désert théocratique et militaire de l’actuel Etat d’Israël, avec lequel la création d’un Etat palestinien continuera d’être une utopie.

Pensez-vous qu’Israël va envoyer des troupes dans la bande de Gaza?– Compte tenu de l’impasse politique dans laquelle se trouve le pays alors que les parties ne sont pas en mesure de former un gouvernement de coalition, Benjamin Netanyahou (utilisant la dictature invisible de la peur du Troisième Holocauste, venue du Hamas, du Hezbollah ou de l’Iran), profitera de l’opportunité pour déclarer l’état de guerre et déclencher une nouvelle offensive terrestre dans la bande de Gaza (imitant l’opération Bordure protectrice de 2014, sachant que le début de la campagne à Gaza pourrait être étendu au Liban et à la Syrie en raison du soutien du Hezbollah au Hamas avec le risque évident de propager l’étincelle dans le baril explosif du Moyen-Orient.

Germán Gorraiz López, analyste politique

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related post