l'infos du monde de dernières minutes 7j/7

l'infos du monde de dernières minutes 7j/7

(BBC)Pourquoi les goélands affluent en ville à certaines heures

 (BBC)Pourquoi les goélands affluent en ville à certaines heures

Depuis 40 ans, les goélands privilégient de plus en plus les milieux urbains, où ils parviennent à s’implanter sans difficulté, rapporte Slate.

C’est un sens du timing qui ne manque pas d’intriguer les scientifiques. Comme le révèle une étude orchestrée par une chercheuse de l’université de Bristol, mentionnée dans Slate, les goélands sont de plus en plus présents dans les milieux urbains et se déplacent tous les jours à des heures bien particulières. En effet, après avoir attaché des GPS à une douzaine de goélands, cette scientifique a remarqué, en analysant les données, que ces oiseaux marins privilégiaient la pause déjeuner et l’heure du goûter des enfants pour se jeter sur leurs restes.

Selon BBC Future, cité par Slate, les goélands sont dotés d’une intelligence qui leur permet de synchroniser leur activité avec celle de leur environnement, que ce soit l’activité humaine dans les villes, les marées dans les océans ou bien les changements saisonniers qui influent sur leur quantité de nourriture. Durant les quarante dernières années, les goélands sont de plus en plus nombreux à gagner les villes, de Minsk en Biélorussie à Cardiff au pays de Galles, en passant par Saint-Paul aux États-Unis, mais aussi Paris et Lyon en France.

Les milieux urbains constituent un véritable havre de paix pour les goélands, qui peuvent s’y nourrir facilement et s’implanter sans grande difficulté. Les toits plats et les nombreuses cheminées leur permettent notamment de s’y installer en étant protégés de leurs principaux prédateurs que sont les renards et les rats. Face aux complications dont ils sont victimes dans leur milieu naturel, en bord de côte et en mer, liées en partie à la pêche massive qui diminue drastiquement leurs différentes sources de nourriture, les villes françaises sont devenues un terrain de jeu qu’ils plébiscitent. Entre 1987 et 2012, le nombre de couples reproducteurs de cette espèce a en effet été multiplié par plus de 12, passant de 1 615 à 20 050.

Ibrahima Diallo

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related post