l'infos du monde de dernières minutes 7j/7

l'infos du monde de dernières minutes 7j/7

(rfi.fr)Séisme en Haïti: à Maniche les jeunes s’inquiètent pour les zones reculées.

 (rfi.fr)Séisme en Haïti: à Maniche les jeunes s’inquiètent pour les zones reculées.

Cinq jours après le puissant séisme qui a ravagé le sud-ouest d’Haïti et fait 2 189 victimes selon un dernier bilan, les convois d’aide humanitaire s’organisent. Cependant, les sinistrés se mobilisent sans attendre, car ils ont en mémoire leurs difficultés à trouver de l’assistance après le passage du cyclone Matthew en 2016. Publicité

Avec notre correspondante en Haïti, Amélie Baron

À Maniche, les jeunes s’activent pour leur ville mais surtout pour ceux qui vivent dans des zones enclavées. L’endroit n’est qu’à 20 km de la côte mais il faut une heure pour s’y rendre depuis les Cayes, chef-lieu du département tant la route est mauvaise.

Au creux des montagnes, rares sont les bâtiments à avoir résisté au séisme comme le déplore Rose Hurguelle Point du Jour, 35 ans : « On est découragés parce qu’on ne s’était pas même encore remis de Matthew. Toutes les institutions qu’on avait dans la commune sont à plat. Nous n’avons plus d’église, la salle paroissiale, le dispensaire est totalement effondré… »

« Toutes les maisons, raconte encore cette habitante de Maniche, sont détruites et dans les sections communales c’est encore pire. On ne peut pas encore savoir combien de gens y sont morts car on n’a plus de réseau téléphonique. Nous, qui sommes ici dans le centre de Maniche, ça va encore plus ou moins mais il y a des côtés qui sont coupés de nous à cause des rivières en crue. Je suis sûre qu’il y a des gens qui ont besoin de voir un médecin car il n’y en a pas sur place. En fait, il n’y en a pas non plus ici au centre-ville. On voit des gens aller et venir mais rien n’a encore abouti pour nous. » 

Dynamique et volontaire, Rose a, dès samedi, transmis des photos des dégâts autour d’elle sur les réseaux sociaux pour alerter sur la situation. Ce coup de projecteur passé, la jeune femme de 35 ans espère que sa commune et les habitants des montagnes voisines ne seront pas oubliés. 

►À lire aussi : De Matthew à Grace: en Haïti, entre les séismes et les cyclones, les habitants à bout d’espoir

kadi

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related post