l'infos du monde de dernières minutes 7j/7

l'infos du monde de dernières minutes 7j/7

(rfi.fr)Argentine: défaite inattendue de la coalition péroniste aux élections primaires.

 (rfi.fr)Argentine: défaite inattendue de la coalition péroniste aux élections primaires.

Le gouvernement essuie une défaite inattendue aux élections primaires de ce dimanche 12 septembre. Les péronistes perdent sur l’ensemble du pays et sont battus dans des provinces qui leur étaient traditionnellement fidèles, dont leur bastion de Buenos Aires. Publicité

Avec notre correspondant à Buenos Aires, Jean-Louis Buchet

Nul n’imaginait une telle déroute. Les candidats du gouvernement sont battus dans 17 des 24 provinces du pays et perdent, surtout, la mère de toutes les batailles, dans leur fief, la province de Buenos Aires. Si l’opposition doit encore confirmer l’essai aux législatives de novembre, le président Alberto Fernández est très affaibli.

Peu avant minuit, il a pris la parole au siège du Frente de Todos, la coalition péroniste. « Nous n’avons pas su répondre aux attentes de nombreux Argentins et nous avons, aussi, commis des erreurs », a-t-il affirmé en reconnaissant la défaite, avant d’appeler les militants à se mobiliser pour changer les résultats de ce 12 septembre et gagner les législatives de novembre.

L’opposition attend avec prudence les résultats des prochaines législatives

Ce ne sera pas chose facile parce que le pouvoir du président s’est affaibli, et parce que les différents courants de la coalition s’accusent mutuellement. Les partisans de la vice-présidente Cristina Kirchner n’étant pas les moins critiques à l’égard de Fernández.

Pour le moment, Juntos por el Cambio, l’alliance centriste d’opposition, n’exulte pas et veut confirmer en novembre le vote de ce dimanche. Si tel était le cas, les péronistes perdraient la majorité absolue au Sénat et devraient renoncer à leur rêve de la gagner à la Chambre des députés. Suivraient deux ans où Alberto Fernández serait obligé de composer avec l’opposition pour gérer la crise post-Covid-19.

Les premières élections depuis le début de la pandémie

Pour ces premières élections nationales depuis le début de la pandémie, le nombre de bureaux de vote avait été augmenté de 30% et les personnes âgées, dispensées de faire la queue.

Aux bureaux de vote, les électeurs ont dû entrer au compte-gouttes, masqués, et en respectant la distanciation de rigueur. Dans certains quartiers, de longues files d’attente se sont même formées à l’extérieur.

Je pensais qu’il y aurait plus de monde, mais il n’y a presque personne, c’est même mieux que pour d’autres élections, et les consignes sanitaires sont respectées en général

Des élections qui n’ont pas été perturbées par les protocoles sanitaires mis en place

kadi

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related post