l'infos du monde de dernières minutes 7j/7

l'infos du monde de dernières minutes 7j/7

(rfi.fr)OCDE: la pandémie de Covid-19 a freiné les flux migratoires et fragilisé la situation des migrants

 (rfi.fr)OCDE: la pandémie de Covid-19 a freiné les flux migratoires et fragilisé la situation des migrants

L’OCDE, l’organisation de coopération et de développement vient de publier son rapport annuel sur les  migrations. Il en ressort que l’année 2020, année marquée par la crise de Covid-19, a connu un effondrement inédit des flux migratoires vers les pays de l’OCDE. En outre, selon l’organisation, la pandémie a annulé une décennie d’amélioration pour les immigrés sur le marché du travail. 

Seuls 3 millions 700 000 migrants sont parvenus à rejoindre les 25 pays membres de l’OCDE l’année dernière, soit une baisse au minimum de 30%. C’est le plus bas niveau enregistré depuis 2003.   

L’étude qui liste les mouvements pays par pays indique que sur les cinq principales destinations d’immigration, les Etats-Unis restent la  plus convoitée par les migrants, avec en 2020 une baisse des entrées de 44%. La France est le pays qui a enregistré le plus faible recul, soit moins 21% avec quelques 230.000 « nouveaux immigrés », selon l’Organisation pour la coopération et le développement économiques.

« Toutes les catégories d’immigration permanente ont diminué en 2020 », poursuit l’organisation, et ce sont les migrations familiales, traditionnellement premier moteur des déplacements, qui ont enregistré la baisse « la plus importante » avec plus de 35% de diminution. Les restrictions liées aux déplacements pendant l’année 2020 avec leur corollaire (fermeture de frontières, de liaisons aériennes, etc) sont sans doute à l’origine de cette chute des flux.

Autre constat de cette étude aux multiples entrées: si les migrations temporaires de travail ont globalement diminué dans les pays membres , une catégorie fait exception : celle des travailleurs agricoles saisonniers dont les entrées n’ont reculé que de 9%, révélant une main d’œuvre essentielle. Mais « cela va prendre du temps avant de retrouver le niveau (d’immigration) de 2019, y compris dans les pays où il y a une reprise en 2021 », a estimé, lors d’une conférence de presse, le secrétaire général de l’OCDE Mathias Cormann.

Estimant que les migrants ont été « touchés de manière disproportionnée » par les pertes d’emploi en 2020, l’OCDE alerte : alors que les migrants font partie des populations les plus fragiles économiquement, la crise sanitaire a balayé dix années d’amélioration continue de leur situation sur le marché du travail. A l’heure de la reprise économique mondiale, le rapport de l’OCDE insiste sur l’importance d’intégrer les travailleurs migrants dans le processus de relance.

houssainatou

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related post