l'infos du monde de dernières minutes 7j/7

l'infos du monde de dernières minutes 7j/7

(rfi.fr)La reprise en France face à la menace d’une cinquième vague du Covid

 (rfi.fr)La reprise en France face à la menace d’une cinquième vague du Covid

Un an après l’annonce d’un plan massif d’aide de 100 milliards d’euros à l’économie française, le président Emmanuel Macron va prendre la parole ce mardi soir, pour parler de l’évolution de la crise sanitaire mais aussi de la reprise économique et des réformes en suspens, à 5 mois de la présidentielle. La principale menace qui pèse aujourd’hui sur l’économie française est la perspective d’une cinquième vague due au Covid-19.

Emmanuel Macron va s’exprimer dans un contexte économique très favorable et même inespéré il y a encore quelques mois. Le plan de relance a contribué à faire redémarrer rapidement l’économie française après le choc de la crise sanitaire. Selon le rapport Coeuré d’évaluation des mesures d’urgence remis il y a deux semaines au gouvernement, les 70 milliards d’euros qui seront engagés d’ici la fin de l’année ont surtout bénéficié aux PME, plus de 9000 entreprises ont pu obtenir une aide, qu’elle soit sous la forme de chômage partiel ou d’un prêt garanti par l’État. 

Pour Mathieu Plane, économiste à l’OFCE, l’Observatoire français des conjonctures économiques, « l’essentiel du tissu productif a pu être préservé, le niveau de faillite est bas contrairement à toutes les prévisions, et ce sera sans doute l’un des leviers de la croissance économique française estimée cette année à 6 % ; c’est l’une des plus fortes de la zone euro, alors que l’année 2020 a été un choc inédit avec une perte de 8 % de PIB. »

Preuve donc que l’économie a bien résisté. Le plan France 2030 présenté le mois dernier ajoute une pierre à cette reprise, il vise à accompagner les filières stratégiques durant les dix prochaines années. Dernier indicateur de cette relance, le niveau de chômage, qui est aujourd’hui équivalent à celui d’avant la crise sanitaire. Et cela a un autre effet :  la pénurie de main-d’oeuvre dans certains secteurs, la construction et la restauration notamment, « ce qui va poser d’autres questions à terme, qui sont celles de la dynamique salariale et des conditions de travail », explique Mathieu Plane.

Le quoi qu’il en coûte a donc eu des résultats positifs

Mais ce qui plane sur cette fin de quinquennat, c’est la cinquième vague de Covid. Le passe sanitaire a été prolongé jusqu’au 31 Juillet prochain et s’il s’étend à des lieux qui n’étaient pas concernés jusqu’à présent, cela pourrait mettre un frein à cette reprise, qui doit encore s’installer sur la durée. La meilleure arme de la relance économique reste en réalité la vaccination et la question de la troisième dose en cette fin d’année pour les personnes les plus sensibles. 

L’autre question primordiale, c’est celle des dettes publiques et privées. L’économie a été soutenue à bout de bras à travers le quoiqu’il en coûte, et certains s’inquiète du coût faramineux de ces dépenses, qui va rembourser et comment ? Même chose pour les entreprises, dont la solvabilité sera véritablement testée au moment du remboursement notamment des prêts garantis par l’État (qui représentent aujourd’hui 140 milliards d’euros).

Autre inconnu : le pouvoir d’achat des Français avec le spectre d’une inflation qui pourrait s’installer dans la durée. Le gouvernement a annoncé un coup de pouce supplémentaire avec l’indemnité classe moyenne de 100 euros, mais les Français pourraient être plus frileux à dépenser. Il s’agit pourtant d’un élément primordial pour que la relance s’installe sur de bons rails. 

Dernier point, la réforme des retraites qui a suscité on s’en souvient une levée de boucliers de la part des syndicats, elle a été ajournée avec la crise Covid et dans sa dernière allocution, en juillet dernier, le chef de l’État a conditionné la reprise des discussions à l’évolution de la crise sanitaire. Emmanuel Macron tient à sa mise en place, même si elle a déjà été fortement modifiée par rapport à l’ambition initiale. Mais cela prendra bien plus que les cinq mois qui le sépare de l’élection présidentielle, car les négociations s’annoncent très longues. Et il est fort à parier aussi que le chef de l’État ne risquera pas un blocage social du pays au moment même où l’économie est en train de rebondir. 

Il faudra examiner aussi les contours et la véritable ambition de cette réforme : sera-t-elle purement budgétaire pour rétablir les comptes ? Ou le gouvernement va-t-il maintenir l’ambition de départ qui était celle d’un système universel, ce sera en tout cas l’un des thèmes importants de la campagne présidentielle à venir tout comme la réforme de l’assurance chômage qui devrait pleinement entrer en vigueur au 1er décembre.

houssainatou

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related post