224News.com

Bienvenue sur notre WebTV 224News.com est une plateforme Tv en ligne et un site d’actualités, partageant news quotidiens et émissions télévisées. Nos volets diversifiés : services de diffusion en ligne, campus voyages, promotion marketing et bannières publicitaires.

By SAtercom - Guinée

Bienvenue sur notre WebTV 224News.com est une plateforme Tv en ligne et un site d’actualités, partageant news quotidiens et émissions télévisées. Nos volets diversifiés : services de diffusion en ligne, campus voyages, promotion marketing et bannières publicitaires.

By SAtercom - Guinée

(réseau international)Permis de tuer

 (réseau international)Permis de tuer

par Dmitry Orlov.

L’histoire est toujours la même : une nation, grâce à un concours de circonstances heureuses, devient puissante – beaucoup plus puissante que les autres – et, pendant un certain temps, elle est dominante. Mais ces circonstances favorables, qui se résument souvent à quelques particularités géologiques avantageuses, qu’il s’agisse du charbon gallois ou du pétrole de l’ouest du Texas, prennent fin en temps voulu. Entre-temps, l’ancienne superpuissance est corrompue par son propre pouvoir.

À l’approche de la fin de partie, ceux qui sont encore nominalement responsables de l’empire qui s’effondre ont recours à toutes sortes de mesures désespérées, sauf une : ils refusent de considérer le fait que leur superpuissance impériale touche à sa fin et qu’ils doivent changer leurs habitudes en conséquence. George Orwell a un jour offert une excellente explication de ce phénomène : à mesure que la fin de partie impériale approche, il devient une question d’auto-préservation impériale d’engendrer une classe dirigeante spéciale – une classe incapable de comprendre que la fin de partie approche. Car, voyez-vous, s’ils avaient la moindre idée de ce qui se passe, ils ne prendraient pas leur travail suffisamment au sérieux pour continuer à jouer le jeu aussi longtemps que possible.

L’effondrement impérial qui se rapproche peut être vu dans les résultats toujours plus mauvais que l’empire obtient pour ses efforts impériaux. Après la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis ont pu faire un travail respectable en aidant à reconstruire l’Allemagne, ainsi que le reste de l’Europe occidentale. Le Japon s’est également bien débrouillé sous la tutelle des États-Unis, tout comme la Corée du Sud après la fin des combats dans la péninsule coréenne. Avec le Vietnam, le Laos et le Cambodge, qui ont tous été gravement endommagés par les États-Unis, les résultats ont été nettement moins bons : Le Vietnam a été une défaite totale, le Cambodge a connu une période de génocide, tandis que le Laos, étonnamment résistant – le pays le plus lourdement bombardé de la planète – s’est redressé tout seul.

La première guerre du Golfe s’est déroulée encore plus mal : craignant d’entreprendre une offensive terrestre en Irak, les États-Unis ont renoncé à leur pratique habituelle consistant à renverser le gouvernement et à y installer un régime fantoche, et ont laissé le pays dans l’incertitude pendant une décennie. Lorsque les États-Unis ont fini par envahir le pays, ils ont réussi – après avoir tué d’innombrables civils et détruit une grande partie des infrastructures – à laisser derrière eux le cadavre d’un pays démembré.

Des résultats similaires ont été obtenus dans d’autres endroits où les États-Unis ont jugé bon de s’impliquer : la Somalie, la Libye et, plus récemment, le Yémen. Ne parlons même pas de l’Afghanistan, puisque tous les empires n’ont pas réussi à y obtenir de bons résultats. La tendance est donc claire : alors qu’à son apogée, l’empire détruisait pour reconstruire le monde à son image, à l’approche de sa fin, il détruit simplement pour le plaisir de détruire, laissant dans son sillage des piles de cadavres et des ruines fumantes.

Une autre tendance indubitable concerne l’efficacité des dépenses consacrées à la « défense » (qui, dans le cas des États-Unis, devrait être redéfinie comme une « attaque »). Disposer d’une armée richement dotée peut parfois conduire au succès, mais là aussi, quelque chose a changé au fil du temps. Le fameux esprit américain « can-do » qui était évident pour tous pendant la Seconde Guerre mondiale, lorsque les États-Unis écrasaient le reste du monde par leur puissance industrielle, n’existe plus. Aujourd’hui, de plus en plus, les dépenses militaires sont l’objectif en soi – peu importe ce qu’elles permettent de réaliser.

Et ce qu’elles permettent de réaliser, c’est le dernier chasseur à réaction F-35 qui ne peut pas voler, le dernier porte-avions qui ne peut pas lancer d’avions sans les détruire s’ils sont équipés des réservoirs auxiliaires dont ils ont besoin pour effectuer des missions de combat, le destroyer AEGIS le plus avancé technologiquement qui peut être mis hors service par un seul avion à réaction russe non armé transportant un panier d’équipements de guerre électronique, et un autre porte-avions qui peut être effrayé hors des eaux profondes et forcé à jeter l’ancre par quelques sous-marins russes en patrouille de routine.

Mais les Américains aiment leurs armes, et ils aiment les distribuer en signe de soutien. Mais le plus souvent, ces armes finissent dans de mauvaises mains : celles qu’ils ont données à l’Irak sont maintenant entre les mains de l’État islamique ; celles qu’ils ont données aux nationalistes ukrainiens ont été vendues au gouvernement syrien ; celles qu’ils ont données au gouvernement du Yémen sont maintenant entre les mains des Houthis qui l’ont récemment renversé. Ainsi, l’efficacité des dépenses militaires excessives a également diminué. À un moment donné, il pourrait s’avérer plus efficace de modifier les presses à imprimer du Trésor américain pour envoyer des liasses de dollars dans la direction générale de l’ennemi.

La stratégie consistant à « détruire pour créer » n’étant plus viable, mais l’ambition aveugle d’essayer de s’imposer partout dans le monde faisant toujours partie de la culture politique, il ne reste plus que le meurtre. Le principal outil de la politique étrangère devient l’assassinat politique : qu’il s’agisse de Saddam Hussein, de Mouammar Kadhafi, de Slobodan Milošević, d’Oussama Ben Laden ou de toute autre cible de moindre importance, l’idée est tout simplement de les tuer.

Si viser la tête d’une organisation est une technique de prédilection, la population en général a aussi sa part de meurtres. Combien d’enterrements et de fêtes de mariage ont été annulés par des frappes de drones ? Je ne sais pas si quelqu’un aux États-Unis le sait vraiment, mais je suis sûr que ceux dont les proches ont été tués s’en souviennent, et s’en souviendront au moins pendant les siècles à venir. Cette tactique n’est généralement pas propice à la création d’une paix durable, mais c’est une bonne tactique pour perpétuer et intensifier les conflits. Cela dit c’est désormais un objectif acceptable, car il justifie l’augmentation des dépenses militaires, ce qui permet d’engendrer davantage de chaos.

Récemment, un général américain à la retraite a déclaré à la télévision que pour renverser la situation en Ukraine, il suffisait de « commencer à tuer des Russes ». Les Russes ont l’écouté, se sont émerveillés de son idiotie, puis ont ouvert une procédure pénale contre lui. Désormais, ce général ne pourra plus se rendre dans un nombre croissant de pays du monde, de peur d’être arrêté et expulsé vers la Russie pour y être jugé.

Il s’agit en grande partie d’un geste symbolique, mais des non-gestes non symboliques de nature préventive vont certainement suivre. Voyez-vous, mes amis voyageurs de l’espace, il se trouve que le meurtre est illégal. Dans la plupart des juridictions, l’incitation au meurtre est également illégale. Les Américains se sont octroyés le permis de tuer sans vérifier s’ils n’outrepassaient pas leur autorité. Nous devrions donc nous attendre à ce qu’au fur et à mesure que leur pouvoir s’effrite, leur permis de tuer soit révoqué, et qu’ils se retrouvent reclassés d’hégémonies mondiales à simples meurtriers.

Lorsque les empires s’effondrent, ils se replient sur eux-mêmes et soumettent leurs propres populations aux mêmes mauvais traitements que ceux auxquels ils ont soumis les autres. À cet égard, les États-Unis ne font pas exception : le nombre d’Américains assassinés par leur propre police, avec des répercussions minimes pour ceux qui les tuent, est assez stupéfiant. Lorsque les Américains se demandent qui est vraiment leur ennemi, ils n’ont pas à chercher plus loin.

Mais ce n’est que le début : le précédent a déjà été créé pour le déploiement de troupes américaines sur le sol américain. À mesure que la loi et l’ordre s’effondrent dans de plus en plus d’endroits, nous verrons de plus en plus de troupes américaines dans les rues des villes américaines, semant la mort et la destruction comme elles l’ont fait en Irak ou en Afghanistan. Le dernier permis de tuer à être révoqué sera le permis de nous tuer nous-mêmes.

Dmitry Orlov

source : http://cluborlov.blogspot.com

traduit par Réseau International

houssainatou

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related post