224News.com

Bienvenue sur notre WebTV 224News.com est une plateforme Tv en ligne et un site d’actualités, partageant news quotidiens et émissions télévisées. Nos volets diversifiés : services de diffusion en ligne, campus voyages, promotion marketing et bannières publicitaires.

By SAtercom - Guinée

Bienvenue sur notre WebTV 224News.com est une plateforme Tv en ligne et un site d’actualités, partageant news quotidiens et émissions télévisées. Nos volets diversifiés : services de diffusion en ligne, campus voyages, promotion marketing et bannières publicitaires.

By SAtercom - Guinée

(Guineenews)Corridor de Bossou-Lola : le préfet et le maire à couteaux tirés

 (Guineenews)Corridor de Bossou-Lola : le préfet et le maire à couteaux tirés

Après le bornage  du corridor  le 7 avril dernier, certains habitants de Serengbara  ont porté plainte contre le directeur  de l’Institut de recherche environnemental de Bossou (IREB) et demandé son départ.  Une chose que le  préfet n’a pas appréciée et a convoqué aussitôt une réunion d’urgence hier jeudi 6 mai  dans son bureau, profitant de l’occasion  pour   pointer du doigt  le maire de la commune de Bossou qui selon le préfet, serait l’instigateur de cette plainte contre  le directeur de l’IREB  docteur Aly Gaspard Soumah. (photo d’archives)

 Le  maire de la commune rurale de Bossou,  Jean Mamy  a tenu à rappeler  que dans un village chaque famille à un domaine  mais que la partie  qui a été octroyée  à  la population ne fait pas partie des 300 mètres sur les quatre kilomètres   autour desquels l’Ireb, le département et la communauté ont signé un accord.

 Pour  docteur Aly Gaspard Soumah,  le document dont  parle le maire est un PV de réunion.  Ce n’est pas un protocole d’accord  mais qu’ils interprétaient  ça  autrement que la valeur juridique.

« Ce document date de 2009.  C’est à la suite de ça qu’on avait demandé aux ressortissants de venir sur le terrain  pour nous rencontrer, mais ils ne sont jamais venus.  Après cette réunion, il y a eu la donation du corridor.  Le ministre est venu de Conakry, le gouverneur de N’zérékoré, le préfet de Lola  ainsi que les autorités locales pour rencontrer les villageois », rappelle Dr Soumah.

Il faut rappeler qu’en 2010, le président a pris un décret qui réactualise les actes  et qui reconnaît tous les actes de placement de 1944, réserve intégrale, 1980 réserve de biosphère, 1981 site du patrimoine mondial  et dans ce décret  on inclut Bossou comme une aire centrale de  320 hectares, N’Déré  9000 hectares, comme deuxième aire centrale,  ajouté au patrimoine y compris le corridor.

« Si nous partons sur le document que nous avons, on ne cède pas le corridor et je suis prêt à aller en justice,  si vous voulez venir avec moi. En poursuivant son allocution, Aly Gaspard Soumah affirme  que le maire a rendu la tâche très difficile.  C’est eux qui  sont derrière la population et le document dont il parle est un procès-verbal de réunion. Nous avons cédé 87 hectares  du corridor à la population  et le bornage c’était devant la  population », a-t-il insisté.

Pour sa part Colonel  Papa du directeur de Cegens   affirme que  « ce sont nos frères  qui font croire  aux paysans que c’est Soumah qui  veut leur retirer leurs domaines. Selon lui, le problème  des habitants de Serengbara ce n’est pas seulement le problème de corridor,  ils cultivent sur les collines  des monts Nimba.  S’ils sont arrêtés,  ils parlent de corridor », a-t-il révélé.

Demandé une chose  de l’état  à la communauté  c’est par courtoisie et le village   crée assez de problème  dans la gestion  des monts Nimba ».

Pour le préfet de Lola Sékou Tourama Diabaté a accusé directement le maire de la CRD d’être responsable de toute cette situation. « C’est par ta faute, c’est ta communauté qui est en prise avec une institution républicaine monsieur le maire. Le colonel a raison de dire que si vous n’été pas d’accord  pour le bornage de porter plainte. Vous, étant le garant des collectivités au lieu de dire que ce que le directeur du Cegens a dit, il a raison, vous dites de porter plainte. C’est vous qui dites aux gens de chasser Soumah.  Vous ne pouvez pas  enlever Soumah ici. C’est le directeur d’une institution  républicaine.  Vous le voyez dans votre village, c’est un petit homme mais  on sait ce qu’il incarne.  Nous avons du respect pour lui,  ce n’est pas par sa volonté. C’est vous qui chantez  le nom de Soumah, c’est vous  qui révoltes la population contre Soumah,  jusqu’à demander le départ de Soumah », a flétri le préfet de Lola.

Aux dernières nouvelles, les autorités de Cegens et de l’Ireb veulent réunir tous les documents pour envoyer à la justice.

Ibrahima Diallo

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related post