l'infos du monde de dernières minutes 7j/7

l'infos du monde de dernières minutes 7j/7

(01net.com)Huawei tourne définitivement la page Android avec HarmonyOS, son nouveau système d’exploitation

 (01net.com)Huawei tourne définitivement la page Android avec HarmonyOS, son nouveau système d’exploitation

Deux ans après avoir été banni par les États-Unis de Donald Trump, Huawei lance officiellement HarmonyOS, son système d’exploitation conçu pour fonctionner sur tous types d’appareils. Dans un premier temps, il s’agit d’un dérivé d’Android qui tente de piquer à iOS ses meilleures fonctions… avec quelques limites. 

Android et iOS ont un nouveau concurrent : HarmonyOS. Annoncé aux développeurs en août 2019  le nouveau système d’exploitation de Huawei arrive enfin sur de premiers appareils. A priori dérivé de la version open-source d’Android (Huawei ne l’a jamais dit explicitement mais tout laisse penser qu’il s’agit d’un simple fork, du moins dans un premier temps), HarmonyOS a pour ambition de fonctionner sur tous les appareils, peu importe leur format. Smartphone, tablette, téléviseur, montre, grille-pain, machine à café… Huawei veut faire tourner son OS partout et devenir incontournable dans notre monde connecté. 

En attendant de pouvoir vous proposer une première prise en main, voici une première présentation d’HarmonyOS et de ses spécificités. 

Android dopé à iOS 

Première chose, à quoi ressemble HarmonyOS ? Vous ne risquez pas d’être déstabilisé si vous êtes ou avez été un utilisateur d’EMUI, la surcouche Android de Huawei. HarmonyOS étant a priori un simple copier-coller du système de Google, tout est quasiment identique entre les deux systèmes. Les applications Android marcheront d’ailleurs sur HarmonyOS même si, bien logiquement, HarmonyOS ne peut pas faire fonctionner les services Google. 

Pour se distinguer d’Android, Huawei a néanmoins effectué quelques changements. Premier d’entre eux, les applications développées avec le SDK d’HarmonyOS peuvent utiliser des widgets semblables à ceux d’iOS. Il suffit d’effectuer un glissement vers le haut depuis l’icône d’une application pour accéder au widget, que l’on peut ensuite épingler sur l’écran d’accueil (un widget peut aussi s’afficher sur une montre ou un téléviseur). Autre différence, HarmonyOS introduit un vrai centre de contrôle, là encore copier-coller de celui de l’iPhone. Il permet de contrôler sa musique, changer de réseau Wi-Fi, régler la luminosité de son écran, gérer sa maison connectée, envoyer le son de son smartphone vers un autre appareil… HarmonyOS tente de rompre la frontière entre Android et iOS, quitte à aller parfois trop loin (Huawei a par exemple copié le bouton d’AirPlay, une technologie appartenant à Apple). 

Huawei – L’interface d’HarmonyOS, mi-Android, mi-iOS.

L’écosystème, la promesse douteuse d’HarmonyOS 

Ici, nous devons nous avouer extrêmement sceptiques. Toute la communication de Huawei depuis l’annonce initiale de HarmonyOS consiste à affirmer que son système d’exploitation est le premier de son genre. Soi-disant multi plates-formes, HarmonyOS serait capable de s’adapter à tous les écrans et, surtout, de faire communiquer plein d’appareils entre eux de manière transparente. 

Le problème est qu’aucun des exemples montrés par Huawei ne nous convainc pour l’instant. La marque chinoise explique par exemple que l’on peut transférer l’écran de son smartphone sur sa tablette, ce qui était déjà possible avec Android. Elle affirme aussi qu’Harmony permet de diffuser la musique de son mobile sur une enceinte, comme si le Bluetooth ou le Wi-Fi n’existait pas depuis des années. Autre exemple étrange, Huawei vante la capacité d’HarmonyOS à échanger des fichiers avec un PC… qui tourne pourtant sous Windows, et non pas HarmonyOS. Cette communication très confuse nous laisse penser que le côté universel d’HarmonyOS est seulement marketing. Il suffit de voir ce qu’Apple fait avec ses différents systèmes d’exploitation pour comprendre que l’interopérabilité ne dépend pas d’un OS unique mais d’une bonne communication entre les appareils. En voulant faire croire qu’il révolutionne le monde des nouvelles technologies (Huawei parle d’une fusion de ses appareils pour créer un «super appareil»), le constructeur chinois nous donne surtout l’impression de s’inventer des différences avec Android. 

Le seul exemple convaincant qui nous a été montré est la possibilité de jumeler des appareils HarmonyOS entre eux grâce à un tag NFC. On approche par exemple son smartphone d’un four et on peut le contrôler, à condition que ce dernier tourne sous le système d’exploitation de Huawei bien sûr. La promesse est sympathique car elle ne nécessite pas d’installer une application supplémentaire sur son smartphone. Toujours est-il qu’à part ça, rien dans HarmonyOS ne laisse penser que Huawei vient de créer le système d’exploitation ultime. 

Huawei – En approchant un appareil HarmonyOS d’un autre appareil HarmonyOS, on peut les faire communiquer.

Parmi les autres bonnes idées de Huawei, notons la possibilité de transférer une application de son smartphone à sa tablette depuis la vue multitâche. 

Ibrahima Bah

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related post