l'infos du monde de dernières minutes 7j/7

(Reseauinternational)La Hongrie doit abroger la loi interdisant la promotion des LGBT auprès des enfants « ou quitter l’UE »

 (Reseauinternational)La Hongrie doit abroger la loi interdisant la promotion des LGBT auprès des enfants « ou quitter l’UE »

La direction de l’UE dicte désormais de manière fanatique que la Hongrie et son premier ministre « provocateur » Viktor Orban doivent plier le genou devant le drapeau de la Fierté ou bien « quitter » l’Union européenne.

Citant le premier ministre néerlandais Mark Rutte, The Telegraph décrit une réaction massive contre une nouvelle loi hongroise qui vise à empêcher la promotion publique de l’homosexualité et du transgenrisme devant les enfants et les mineurs :

« Mark Rutte, le premier ministre néerlandais, a déclaré que la Hongrie devait soit « quitter » l’UE, soit abroger cette loi, qui interdit aux moins de 18 ans les émissions de télévision et autres contenus considérés comme faisant la promotion des modes de vie LGBT.

Cependant, certains gouvernements d’Europe de l’Est ont refusé de se joindre à 17 des 27 pays de l’Union européenne dans une rare déclaration commune condamnant un autre État membre ».

D’autres dirigeants de l’UE, comme la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, ont affirmé que la loi était activement discriminatoire envers les personnes LGBT.

Toutefois, les défenseurs de la loi hongroise ont souligné qu’elle laisse aux parents et aux membres de la famille le soin de décider de la manière de présenter ces questions aux enfants. Orban lui-même, par exemple, a déclaré que la loi et la politique visent fondamentalement à « défendre les droits des enfants et des parents » et non la discrimination.

Orban a déclaré cette semaine au sommet : « L’homosexualité était punie, et je me suis battu pour leur liberté et leurs droits », concluant que « je défends les droits des homosexuels. Mais cette loi n’a rien à voir avec cela ».

Mais le sommet de l’UE qui s’est réuni cette loi agit comme s’il s’agissait d’une déclaration de guerre contre les droits de l’homme, et promet de réagir en conséquence :

« Les dirigeants occidentaux ont déclaré qu’ils mettraient la Hongrie « à genoux » à cause d’une loi interdisant la promotion de l’homosexualité dans les écoles, lors d’un sommet européen amer jeudi ».

Voici les mots du premier ministre néerlandais Rutte menaçant de mettre à genoux la Hongrie ou tout autre pays qui le suivrait, bien que le pouvoir réel de le faire reste une question très différente…

« Mon objectif est de mettre la Hongrie à genoux sur cette question », a-t-il déclaré.

« Ils doivent réaliser qu’ils font soit partie de l’Union européenne et de cette communauté de valeurs, ce qui signifie qu’en Hongrie… personne ne peut être discriminé et que [tout le monde] peut se sentir libre pour des raisons de sexualité, de couleur de peau, de genre, peu importe ».

Mais encore une fois, la Hongrie a maintenu qu’il s’agissait de protéger les enfants à un moment où les défenseurs des transgenres et même certaines ONG opérant en Europe et ailleurs dans le monde cherchent activement à convaincre les jeunes de prendre des mesures irréversibles pour modifier leur corps par des opérations chirurgicales et être soumis à des traitements hormonaux potentiellement dangereux.

Juste avant le sommet de l’UE et ces feux d’artifice Hollande-Hongrie de fin de semaine, un porte-parole hongrois avait déclaré :

« Nous sommes prêts à débattre de la loi avec ceux qui se sont prononcés contre elle », avait-il déclaré mardi à la BBC. « La loi concerne strictement la protection des enfants. Elle stipule que pour les mineurs de moins de 18 ans, l’éducation sexuelle doit être appropriée et ce que nous ne voulons pas, c’est l’intrusion de soi-disant ONG de lobby LGBTQ+ et de groupes de pression qui entrent dans les jardins d’enfants et les écoles pour expliquer aux enfants pourquoi c’est une excellente idée de subir des traitements hormonaux et des opérations pour changer de sexe avant leurs 18 ans. Ce ne sont pas des pratiques acceptables ».

Comme cela a été amplement documenté, dans des pays comme le Royaume-Uni, le Canada et les États-Unis, ce genre de choses se produit déjà.

Rappelez-vous qu’il y a plus d’un an, les choses étaient déjà devenues quelque peu personnelles entre Rutte et Orban, en particulier en ce qui concerne la poussée controversée visant à lier le financement de l’UE aux questions « d’État de droit », ce qui était considéré comme visant spécifiquement la Hongrie ainsi que d’autres États plus conservateurs sur le plan social, notamment en Europe de l’Est.

Au cours de l’été 2020, alors que cette controverse faisait rage, M. Orban avait déclaré à propos du premier ministre Rutte : « Je ne sais pas quelle est la raison personnelle qui pousse le premier ministre néerlandais à me haïr ou à haïr la Hongrie, mais il attaque si durement et affirme très clairement que parce que la Hongrie, selon lui, ne respecte pas l’État de droit, [elle] doit être punie financièrement. C’est sa position, qui n’est pas acceptable parce qu’il n’y a pas de décision sur ce qu’est la situation de l’État de droit en Hongrie ».


source : https://www.aubedigitale.com

houssainatou

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related post