224News.com

Bienvenue sur notre WebTV 224News.com est une plateforme Tv en ligne et un site d’actualités, partageant news quotidiens et émissions télévisées. Nos volets diversifiés : services de diffusion en ligne, campus voyages, promotion marketing et bannières publicitaires.

By SAtercom - Guinée

Bienvenue sur notre WebTV 224News.com est une plateforme Tv en ligne et un site d’actualités, partageant news quotidiens et émissions télévisées. Nos volets diversifiés : services de diffusion en ligne, campus voyages, promotion marketing et bannières publicitaires.

By SAtercom - Guinée

(rfi.fr)Mort de Diego Maradona: le docteur Luque et l’équipe médicale entendus par les enquêteurs.

 (rfi.fr)Mort de Diego Maradona: le docteur Luque et l’équipe médicale entendus par les enquêteurs.

En Argentine, les auditions dans le cadre de l’enquête sur la mort de Diego Maradona se sont terminées ce lundi 28 juin. La star argentine avait été retrouvée morte d’un arrêt cardiaque le 25 novembre dernier alors qu’il était en convalescence après une opération au cerveau. Les membres de son équipe médicale ont été entendus par les enquêteurs pour déterminer leur responsabilité dans ce décès. Publicité

De notre correspondant à Buenos Aires, 

Il se présente comme un de ses « amis ». Neurochirurgien de 39 ans, Leopoldo Luque était depuis 2019 le médecin personnel de Diego Maradona. Il avait participé à son opération au cerveau trois semaines avant sa mort

Les enquêteurs estiment que c’est lui qui dirigeait l’équipe médicale chargée de suivre la convalescence que la star argentine effectuait à son domicile. Leopoldo Luque a donc été entendu par le parquet de San Isidro. Une audition au cours de laquelle il a nié avoir été à la tête de l’équipe soignante. S’il a reconnu qu’il avait suggéré l’hospitalisation à domicile de Maradona, il a assuré qu’il avait uniquement la charge de son suivi post-opératoire, et qu’aucun des membres de l’équipe médicale ne lui rendait de compte.

Le médecin a également demandé qu’une nouvelle expertise médicale « impartiale » soit réalisée. Début mai, Leopoldo Luque avait été épinglé personnellement par un rapport d’experts, qui avait conclu que Maradona avait été « abandonné à son sort » par son équipe médicale dont le traitement « inadapté, insuffisant et risqué » l’avait conduit à une « lente agonie ».

NewsletterRecevez toute l’actualité internationale directement dans votre boite mailJe m’abonne

►À lire aussi : Argentine: Diego Maradona a agonisé, «abandonné à son sort» selon des experts médicaux

Sept personnes entendues

Au total, sept personnes ont été entendues par le parquet de San Isidro : deux infirmiers, leur supérieur, un médecin coordonnant les soins à domicile, un psychologue, une psychiatre et Leopoldo Luque. Tous se sont renvoyés la responsabilité de la mort de Maradona, notamment sur un point en particulier. Le rapport d’expertise publié début juin soulignait que l’ancien footballeur s’était vu administrer des psychotropes ayant accéléré son pouls, alors même qu’il souffrait d’une maladie au cœur.

Lors de leurs auditions, les deux infirmiers et leur supérieur ont assuré ne pas avoir été informés de ces problèmes cardiaques. Ils ont également déclaré avoir constaté des signes d’alerte avant la mort du « Pibe de Oro », et les avoir transmis aux médecins, pointant particulièrement la responsabilité de Leopoldo Luque et de la psychiatre Agustina Cosachov. « Ils ont tué Diego  », a même lancé devant la presse l’avocat de l’infirmière qui s’occupait de Maradona pendant la journée, Dahiana Madrid.

Aucun symptôme d’insuffisance cardiaque

Pour leur défense, Agustina Cosachov, comme Leopoldo Luque, ont affirmé que Diego Maradona ne présentait aucun symptôme d’insuffisance cardiaque. Rien selon eux n’avait laissé présager la dégradation de l’état de santé de l’idole argentine qui a conduit à son arrêt cardiaque.

Au terme de ces deux semaines d’auditions, les sept membres de l’équipe médicale sont toujours libres, mais ils ont l’interdiction de quitter le territoire argentin. Le parquet de San Isidro doit maintenant déterminer s’ils seront renvoyés devant un tribunal pour « homicide involontaire avec circonstances aggravantes ». Ils risqueraient alors entre 8 et 25 ans de prison.

kadi

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related post