224News.com

Bienvenue sur notre WebTV 224News.com est une plateforme Tv en ligne et un site d’actualités, partageant news quotidiens et émissions télévisées. Nos volets diversifiés : services de diffusion en ligne, campus voyages, promotion marketing et bannières publicitaires.

By SAtercom - Guinée

Bienvenue sur notre WebTV 224News.com est une plateforme Tv en ligne et un site d’actualités, partageant news quotidiens et émissions télévisées. Nos volets diversifiés : services de diffusion en ligne, campus voyages, promotion marketing et bannières publicitaires.

By SAtercom - Guinée

(Reseauinternational)La grande requête de Biden

 (Reseauinternational)La grande requête de Biden

Le sommet USA-Russie de Genève, qui a fait couler beaucoup d’encre, a eu lieu et aucun commentateur ne s’est aventuré à poser une question très simple et très nécessaire : Qu’est-ce que Biden était venu demander ?

Nous savons que la partie américaine a demandé cette réunion, tandis que les Russes ont simplement accepté, y voyant une chance sans risque de mettre les choses au clair et peut-être de rétablir un minimum de coopération internationale sur des questions clés telles que la cybersécurité. Négocier un nouvel accord majeur avec les Américains n’a jamais été le plan : les Russes ont décidé il y a quelque temps que les Américains sont nedogovorosposóbnaya – incapable de respecter un accord. Si les Américains n’honorent pas les traités qu’ils ont déjà signés, comme le traité sur les missiles à portée intermédiaire ou le traité « ciel ouvert », quel est l’intérêt de conclure d’autres accords avec eux pour qu’ils ne les honorent pas non plus ?

D’autre part, un tête-à-tête avec Poutine était loin d’être une entreprise sans risque pour Biden. L’opinion publique américaine a réussi à se mettre dans le pétrin en exigeant de son président qu’il soit « dur avec la Russie »« Personne n’a été plus dur que moi avec la Russie », a récemment déclaré Trump depuis les coulisses. En effet, juste après sa conférence avec Poutine, Biden s’est retrouvé confronté à des journalistes hargneux qui lui reprochaient de ne pas avoir obtenu de Poutine des aveux sur des choses que ce dernier n’avait pas faites. Biden a dû réciter toute une litanie d’inepties – tentatives d’assassinat de Skripal et de Navalny, ingérence dans les élections, piratage informatique, etc. – toutes absurdes et non prouvées – et les Russes ont réagi à toutes ces inepties par un geste typiquement russe consistant à se tortiller l’index sur la tempe, pour indiquer que ceux qui débitent ces inepties n’ont pas toute leur tête. C’était une situation sans issue pour Biden, et pourtant il a pris le risque. Pour quoi faire ? Quel était le gros lot pour lui ?

Une opinion que j’ai entendue exprimer est que, compte tenu des nombreuses irrégularités lors des élections présidentielles de novembre dernier, Biden est un peu un prétendant. En effet, seule la moitié environ des Américains pensent que sa présidence est légitime. Et donc, selon cette théorie, il serait venu à Genève comme divers princes russes avaient l’habitude d’aller rendre visite au Grand Khan de la Horde d’Or afin de légitimer leur règne et de recevoir un document officiel appelé, dans un mélange de mongol et de russe, yarlyk na knyazhenye. On a pensé que Biden, en qualifiant les États-Unis et la Russie de « deux grandes puissances », voulait se doter de la légitimité qui lui fait si cruellement défaut. Mais cette théorie va à l’encontre de deux faits fondamentaux : premièrement, les Américains, dans l’ensemble, ne savent pas et ne se soucient pas de ce que le reste du monde pense ; deuxièmement, Poutine a été tellement vilipendé dans les médias américains que, dans la perception du public, il est l’ennemi plutôt que l’autre grand dirigeant du monde, et aucune légitimité ne peut être gagnée en le rencontrant.

Outre le fait que ce sont les Américains qui ont demandé cette rencontre et que les Russes ont magnanimement acceptée, il y a l’indice indéniable du langage corporel. Voyez la salutation initiale : Poutine est digne et pacifique tandis que Biden s’incline et arbore un sourire niais dans une démonstration évidente de soumission.

Assis ensemble devant les caméras, Poutine respire la confiance en soi et le calme et se répand en mansuétudes tout en tapotant son genou – « Viens t’asseoir ici, petit garçon ! » – tandis que les jambes de Biden sont croisées, pudique et digne, gardant ses bijoux de famille à l’abri, ses pieds pointant vers Poutine, son expression faciale incertaine.

On pourrait être pardonné de penser que c’est le Mickey Mouse Arch du Disneylandia tout excité d’avoir obtenu une audience du Grand Khan d’Eurasie !

De nombreuses théories ont été avancées pour expliquer la motivation de Biden, allant de la tentative de Biden de rallier l’Occident en présentant un front uni contre la Russie à la tentative de Biden de creuser un fossé entre la Russie et la Chine, en passant par de nombreuses autres, toutes sauf la plus évidente.

Il est de notoriété publique que la capacité des États-Unis à poursuivre leur activité dépend essentiellement de leur capacité à importer des produits en échange de dollars qu’ils peuvent simplement imprimer selon leurs besoins. La raison pour laquelle ces dollars sans valeur sont toujours honorés repose sur le statut du dollar en tant que monnaie de réserve – réduit mais toujours important. Et le statut du dollar en tant que monnaie de réserve a à son tour beaucoup à voir avec le système des pétrodollars et le fait que les pays importateurs de pétrole du monde entier doivent gagner ou emprunter des dollars afin d’acheter du pétrole, tandis que les pays exportateurs de pétrole doivent accepter des dollars comme paiement, même si cela se fait au détriment de leur économie. Si le pétrodollar disparaît, le niveau de vie de l’Américain moyen sera divisé par dix. C’est cette éventualité que Biden a pris sur lui de différer en rencontrant Poutine.

Des pays exportateurs de pétrole ont tenté à trois reprises de cesser de vendre leur pétrole contre des dollars : l’Irak, la Libye et maintenant la Russie. S’exprimant lors du récent Forum économique mondial de Saint-Pétersbourg,  Poutine, comme d’habitude, s’est exprimé de manière polie et indirecte. Faisant référence à l’effet des sanctions américaines, il a déclaré que les États-Unis « scient la branche sur laquelle ils sont assis » et « finiront par tomber ». Pour mettre un peu d’urgence derrière le mot « éventuellement », le ministre russe des Finances, Anton Siluanov, a déclaré que la Russie mettrait à zéro la partie en dollars de son fonds souverain d’ici un mois.

« Nous ne nous éloignons pas [du dollar] volontairement, nous sommes forcés de le faire. Mais lorsque nous le faisons, un certain système de relations internationales avec nos partenaires prend forme – hors de la zone dollar ».

Nous savons ce qui est arrivé à l’Irak et à la Libye : ils ont été bombardés jusqu’à annihilation. Mais une telle option n’est pas possible à l’égard de la Russie lorsqu’elle annonce qu’elle s’éloigne du dollar à la fois comme monnaie de réserve et dans le commerce international. Au lieu de bombarder, les États-Unis en sont réduits à mendier, et c’est ce que Biden est venu faire à Genève. Il a été contraint de mendier plutôt que de négocier ou de traiter parce qu’il n’avait rien à offrir à la Russie et parce que les Russes n’ont aucune raison de lui faire confiance pour conclure des accords. Enfin, pas tout à fait rien à offrir : Biden pouvait encore proposer de ne rien faire, ou de s’en approcher le plus possible, puisque son administration est encore ostensiblement capable de le faire.

Biden ne peut pas empêcher les sanctions anti-russes qui ont déjà été inscrites dans la loi, mais il peut forcer son administration à traîner les pieds pour les mettre en œuvre et à rendre leur application aussi insignifiante et inefficace que possible. Par exemple, il peut avoir recours à des sanctions contre des Russes morts et des entreprises russes en faillite. Biden ne peut pas mettre fin à la rhétorique russophobe dans les médias et au Congrès américains, mais il peut s’assurer que les paroles ne sont pas suivies d’actions. Plus précisément, les États-Unis peuvent proposer de cesser d’interférer avec les efforts européens visant à garantir l’accès au gaz naturel russe, qui devient essentiel à la sécurité énergétique européenne parce qu’il s’agit du seul combustible suffisamment flexible pour compenser les irrégularités de la production d’électricité des installations éoliennes et solaires.

À en juger par la façon dont la réunion de Genève a résonné dans toute l’Europe, les effets de ce grand marchandage se font déjà sentir. Nord Stream 2 – retardé mais pas arrêté par les sanctions américaines – va de l’avant. Comme elle l’avait promis, la Russie continuera à louer des capacités sur le gazoduc ukrainien, mais à un niveau qui ne permettra même pas de payer son entretien. Il est à noter que l’Ukraine über-russophobe n’a même pas été un sujet de discussion lors du sommet de Genève. Conformément à l’adage d’Oscar Wilde selon lequel « il n’y a qu’une seule chose dans la vie qui soit pire que de parler d’elle, c’est de ne pas en parler », cette situation a suscité de vives inquiétudes à Kiev. La Pologne, archi-russophobe, qui était l’un des principaux opposants au gazoduc Nord Stream 2 au sein de l’UE, sera désormais obligée d’acheter du gaz naturel russe, soit indirectement à l’Allemagne via Nord Stream 2, soit directement par le biais d’un terminal GNL qu’elle a construit pour le gaz américain issu de la fracturation hydraulique, qui, en fait, n’existe pas dans les volumes nécessaires. Et la stupide petite Lituanie, toujours si désireuse de se débarrasser de tout ce qui est russe, devra désormais importer du gaz russe via l’Allemagne et la Pologne, en payant des frais de transit à chaque étape.

Comme je l’ai déjà dit, la russophobie coûte cher : ceux qui s’y adonnent ne parviennent pas à obtenir la remise pour client fidèle. Les Européens de l’Est qui pensaient avoir un brillant avenir en jouant les chiens de poche russophobes de l’Oncle Sam ont tiré cette leçon d’eux-mêmes de la manière la plus dure et la plus douloureuse qui soit. L’Amérique quitte l’Eurasie. Vous pouvez dire ce que vous voulez de Biden, mais je suis presque sûr qu’il est conscient de ce fait et qu’il est venu à Genève pour tenter d’obtenir un avantage en proposant de quitter volontairement l’Eurasie.


source : http://cluborlov.blogspot.com

houssainatou

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related post