l'infos du monde de dernières minutes 7j/7

(rfi.fr)La pandémie et ses impacts sur la vie des femmes au menu du Forum Génération Égalité à Paris.

 (rfi.fr)La pandémie et ses impacts sur la vie des femmes au menu du Forum Génération Égalité à Paris.

Prendre des « engagements concrets » pour faire progresser la cause des femmes, c’est l’objectif du Forum Génération Égalité qui s’ouvre ce mercredi 30 juin et se finit vendredi 2 juillet. Un sommet international présidé par la France et le Mexique, sous l’égide d’ONU Femmes.  Publicité

Le président français Emmanuel Macron doit s’exprimer ce mercredi après-midi pour la cérémonie d’ouverture depuis le Carrousel du Louvre à Paris, à laquelle doivent notamment participer à distance la vice-présidente des États-Unis Kamala Harris ou l’ancienne secrétaire d’État américaine Hillary Clinton à distance, ainsi que les présidents argentins et mexicains (Alberto Fernandez et Andres Manuel Lopez Obrador)

Plus de 110 participants du monde entier vont se pencher sur divers sujets lors de ce forum virtuel. Parmi les grands thèmes qui vont être abordés : les droits et la justice économique, les droits et santé sexuels et reproductifs, les violences liées au genre et les femmes défenseures des droits. Tous ont un point commun : la pandémie et ses impacts sur la vie des femmes à travers le monde, notamment sur les plus fragiles comme les migrantes. Rencontre avec l’une d’elle qui va participer à un atelier sur ce sujet vendredi.

Beatriz Penteado Rodrigues vit en Belgique après avoir elle-même fui le Brésil à cause de la pandémie. Des ravages sanitaires socio-économiques qu’elle a aussi retrouvés dans son pays d’accueil. La jeune femme donne l’exemple d’amies également en situation de migration, filles aux paires ou domestiques : « Certaines travaillaient dans des familles dont les membres sont tombés malades du Covid-19. Mais elles ont dû continuer à aller travailler, elles n’avaient pas le choix, elles avaient besoin d’argent. En tant que femme migrante, vous n’avez pas de mère ou d’oncle présent et vers qui vous tourner. Et bien sûr vous n’avez pas d’aide du gouvernement comme pour ceux qui ont la nationalité belge. » 

 À écouter aussi : Les femmes face à la crise mondiale

Certaines, privées de travail à cause de la pandémie, ont même dû se prostituer pour continuer à gagner de l’argent. Ce que Beatriz attend et espère de ce forum, c’est d’abord qu’il génère un grand élan de solidarité féminine.

« J’espère que les autres femmes pourront comprendre comment nous pouvons rester soudées, nous regarder nous-mêmes, mais aussi les autres et utiliser cette empathie, cette émancipation, mais aussi cette colère, dit-elle en souriant, pour nous considérer ensemble comme une classe politique avec du pouvoir. »

États, institutions, entreprises ou associations participant à ce forum se sont quant à eux engagés à prendre des mesures concrètes pour l’égalité entre les sexes, notamment en matière d’aide au développement.

kadi

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related post