l'infos du monde de dernières minutes 7j/7

(rfi.fr)Centenaire du Parti communiste chinois: Taïwan «déterminé» à se défendre.

 (rfi.fr)Centenaire du Parti communiste chinois: Taïwan «déterminé» à se défendre.

Lors de son discours sur la place Tiananmen ce jeudi 1er juillet, le président chinois Xi Jinping a sans surprise réservé un passage à Taïwan, cet archipel démocratique de 24 millions d’habitants considéré par la Chine comme une de ses provinces. Le gouvernement taïwanais a répondu en rappelant sa « détermination à défendre la souveraineté et la démocratie » de l’archipel.  Publicité

De notre correspondant à Taipei,

Pas une seule manchette dans la presse taïwanaise ce matin. C’est dire le peu d’intérêt des Taïwanais pour le centenaire du Parti communiste chinois. Même le parti d’opposition du Kuomintang, pourtant connu pour sa position conciliante envers la Chine, a refusé de transmettre ses félicitations à Pékin. 

Il faut dire que les relations entre les deux rives se sont nettement rafraîchies depuis 2016 et l’élection d’une présidente taïwanaise souverainiste. Après le tour de vis à Hong Kong et face à une Chine qui multiplie les manœuvres militaires, les Taïwanais sont toujours plus nombreux à rejeter le projet d’annexion chinoise : jusqu’à 90% selon les derniers sondages

Le Parti du nouveau pouvoir, issu du mouvement étudiant des « tournesols »en 2014 – alors dirigé contre l’influence de Pékin à Taïwan -, organisait même, mercredi, un événement en ligne intitulé « Honte au Parti communiste chinois ». Symbole de la solidarité grandissante entre Taïwan et Hong Kong, trois activistes démocrates de l’ancienne colonie britannique y étaient conviés. 

Les médias taïwanais ont de leur côté préféré consacrer leurs Unes du jour à la reprise des négociations entre Taipei et Washington pour la signature d’un accord commercial. Un dossier perçu comme un affront par Pékin, et dont l’annonce, la veille du centenaire du Parti communiste chinois, ne pouvait pas plus mal tomber pour la Chine.

Lors de son discours sur la place Tiananmen ce jeudi, le dirigeant Xi Jinping a pourtant martelé sa volonté de « réunifier la mère patrie », menaçant d’« écraser toute tentative d’indépendance » taïwanaise. 

« Notre détermination à défendre la souveraineté et la démocratie de Taïwan reste inchangée », a répliqué dans un communiqué le gouvernement taïwanais. 

kadi

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related post