224News.com

Bienvenue sur notre WebTV 224News.com est une plateforme Tv en ligne et un site d’actualités, partageant news quotidiens et émissions télévisées. Nos volets diversifiés : services de diffusion en ligne, campus voyages, promotion marketing et bannières publicitaires.

By SAtercom - Guinée

Bienvenue sur notre WebTV 224News.com est une plateforme Tv en ligne et un site d’actualités, partageant news quotidiens et émissions télévisées. Nos volets diversifiés : services de diffusion en ligne, campus voyages, promotion marketing et bannières publicitaires.

By SAtercom - Guinée

(le moov)Après OM Records, quel club lancera son label ?

 (le moov)Après OM Records, quel club lancera son label ?

L’Olympique de Marseille a produit une compil avec Jul, Alonzo, Kofs … et si d’autres clubs français suivaient le même exemple ?

Le rap français n’a jamais été aussi populaire : genre musical le plus vendu en France, il devient un argument commercial majeur pour de nombreuses marques. Celles-ci n’hésitent plus à miser sur les rappeurs pour les représenter : Puma a surpris l’an dernier en dévoilant un partenariat avec Booba, Jul a travaillé avec Asics, Jo$man est devenu l’égérie de Jordan, tandis que Lacoste n’a pas misé sur les bons chevaux. Signe que la grosse visibilité des artistes de musiques urbaines est payante, même les clubs de football cherchent à exploiter le filon. Vendredi, c’est l’Olympique de Marseille, l’un des deux clubs français les plus populaires avec le PSG, qui a présenté un partenariat ambitieux avec la scène rap de sa ville. La compilation V13 réunit de nombreuses têtes d’affiche (Jul, Naps, Kofs, Soprano), des artistes en développement, et des profils locaux moins médiatisés.

Cette excellente initiative, qui rappelle sur le principe celle de 13 Organisé, a le mérite de démontrer à nouveau la dynamique très forte de la scène marseillaise depuis deux ans. Du haut de l’affiche aux bas-fonds, tout le monde tire dans la même direction. Les collaborations se multiplient, et tout le monde, des artistes aux maisons de disques en passant par les auditeurs, en ressort gagnant. L’Olympique de Marseille ayant plutôt bien mené son projet de compilation, on peut imaginer que d’autres clubs suivent l’exemple.

Paris-Saint-Germain

Le cas le plus évident, avec une question épineuse pour les organisateurs du projet : faut-il se cantonner à une compilation 100% parisienne, ou étendre la tracklist à tous les départements franciliens, en considérant qu’il ne s’agit pas simplement du club d’une ville, mais de toute une région ?

Même en se limitant au premier choix, le casting pourrait être assez phénoménal, aussi bien du côté des têtes d’affiches que des rappeurs moins exposés : la Sexion d’Assaut, Nekfeu, Oxmo, Leto, Alpha Wann, Flynt, Krystal… Si on agrandit la zone géographique, en revanche, on peut s’offrir l’un des plus beaux plateaux du rap français : de Rohff à Ninho en passant par Sofiane, PLK ou Maes, il y a de quoi rêver.

Evidemment, quelques noms sont à rayer d’emblée : Hatik est supporter de l’Olympique de Marseille, MHD est fan de Bordeaux, PNL ne se mélangera pas, et Booba refusera d’apparaître sur la même tracklist que Rohff, Fianso, Kaaris, Sinik, MC Jean Gab1, Kool Shen, La Fouine, Joeystarr, Nekfeu, Zola, Lomepal, Alpha Wann, Gims, Vald, Benash, H-Magnum, Youssoupha.

Red Star

L’un des seuls clubs d’Île de France capables de chiper des supporters au PSG, derrière le Paris FC. Basé dans le 93, le Red Star pourrait profiter du très fort sentiment d’appartenance géographique des rappeurs de son département pour mettre en place une nouvelle initiative à la 93 Empire. De Sofiane à Stavo en passant par Kaaris, Mac Tyer, NTM, le Ghetto Fabulous Gang ou Maes, le casting serait forcément spectaculaire, à condition de savoir gérer la politique très explosive du rap français.

La situation très complexe autour de la fameuse compilation des artistes de Sevran prouve que réunir tout le monde est une entreprise épineuse. Le club pourrait nommer un chef d’orchestre chargé de faire des choix pour composer une tracklist aussi solide que possible. Sofiane ne voudrait peut-être pas refaire ce qu’il a déjà fait il y a trois ans, il s’agirait donc de trouver un nouveau politicien aussi doué avec la diplomatie séquano-dyonisienne.

Olympique Lyonnais

Le club de Jean-Michel Aulas a dominé le foot français de la tête et des épaules pendant les années 2000, enchaînant 7 titres consécutifs (2002-2008) et allant chercher une demi-finale de C1 en 2010. Sonny Anderson, Juninho, Coupet, Essien, Edmilson, Wiltord, sont alors les piliers de cette équipe. Malgré un redimensionnement inévitable, l’OL a su se maintenir dans le haut du panier de la Ligue 1 depuis vingt ans, terminant régulièrement sur le podium, et ne descendant qu’une seule fois en dessous de la 5ème place (7ème en 2019-2020).

Du côté de sa scène rap historique, Lyon a toujours dû composer avec la domination du binôme Paris-Marseille. Depuis quelques années, une nouvelle dynamique s’est mise en place, et la scène actuelle apparaît comme l’une des plus éclectiques à l’échelle nationale : il y a clairement un monde entre l’univers de Lucio Bukowski et celui d’Ashe 22. Surtout, la scène locale semble afficher une bonne entente générale, avec par exemple des collaborations intergénérationnelles entre membres de l’Animalerie et de Lyonzon.

Le casting pourrait donc s’avérer large et varié, entre jeunes espoirs (Tedax Max), anciens (Cassus Belli), artistes féminines (Chilla), indépendants (Kacem Wapalek), rappeurs signés en maisons de disques (Zeguerre) et même beatmakers (King Doudou).

Après OM Records, quel club lancera son label ?

Jazzy Bazz dans le clip "Ultra parisien"
Jazzy Bazz dans le clip “Ultra parisien”

MusiqueRap Fr

Après OM Records, quel club lancera son label ?

L’Olympique de Marseille a produit une compil avec Jul, Alonzo, Kofs … et si d’autres clubs français suivaient le même exemple ?

lun. 05 juillet 2021 par Genono

Le rap français n’a jamais été aussi populaire : genre musical le plus vendu en France, il devient un argument commercial majeur pour de nombreuses marques. Celles-ci n’hésitent plus à miser sur les rappeurs pour les représenter : Puma a surpris l’an dernier en dévoilant un partenariat avec Booba, Jul a travaillé avec Asics, Jo$man est devenu l’égérie de Jordan, tandis que Lacoste n’a pas misé sur les bons chevaux. Signe que la grosse visibilité des artistes de musiques urbaines est payante, même les clubs de football cherchent à exploiter le filon. Vendredi, c’est l’Olympique de Marseille, l’un des deux clubs français les plus populaires avec le PSG, qui a présenté un partenariat ambitieux avec la scène rap de sa ville. La compilation V13 réunit de nombreuses têtes d’affiche (Jul, Naps, Kofs, Soprano), des artistes en développement, et des profils locaux moins médiatisés.

Cette excellente initiative, qui rappelle sur le principe celle de 13 Organisé, a le mérite de démontrer à nouveau la dynamique très forte de la scène marseillaise depuis deux ans. Du haut de l’affiche aux bas-fonds, tout le monde tire dans la même direction. Les collaborations se multiplient, et tout le monde, des artistes aux maisons de disques en passant par les auditeurs, en ressort gagnant. L’Olympique de Marseille ayant plutôt bien mené son projet de compilation, on peut imaginer que d’autres clubs suivent l’exemple.

Paris-Saint-Germain

Le cas le plus évident, avec une question épineuse pour les organisateurs du projet : faut-il se cantonner à une compilation 100% parisienne, ou étendre la tracklist à tous les départements franciliens, en considérant qu’il ne s’agit pas simplement du club d’une ville, mais de toute une région ?

Même en se limitant au premier choix, le casting pourrait être assez phénoménal, aussi bien du côté des têtes d’affiches que des rappeurs moins exposés : la Sexion d’Assaut, Nekfeu, Oxmo, Leto, Alpha Wann, Flynt, Krystal… Si on agrandit la zone géographique, en revanche, on peut s’offrir l’un des plus beaux plateaux du rap français : de Rohff à Ninho en passant par Sofiane, PLK ou Maes, il y a de quoi rêver.

Evidemment, quelques noms sont à rayer d’emblée : Hatik est supporter de l’Olympique de Marseille, MHD est fan de Bordeaux, PNL ne se mélangera pas, et Booba refusera d’apparaître sur la même tracklist que Rohff, Fianso, Kaaris, Sinik, MC Jean Gab1, Kool Shen, La Fouine, Joeystarr, Nekfeu, Zola, Lomepal, Alpha Wann, Gims, Vald, Benash, H-Magnum, Youssoupha. https://www.youtube.com/embed/ogocJMqsrWg?feature=oembed

Red Star

L’un des seuls clubs d’Île de France capables de chiper des supporters au PSG, derrière le Paris FC. Basé dans le 93, le Red Star pourrait profiter du très fort sentiment d’appartenance géographique des rappeurs de son département pour mettre en place une nouvelle initiative à la 93 Empire. De Sofiane à Stavo en passant par Kaaris, Mac Tyer, NTM, le Ghetto Fabulous Gang ou Maes, le casting serait forcément spectaculaire, à condition de savoir gérer la politique très explosive du rap français.

La situation très complexe autour de la fameuse compilation des artistes de Sevran prouve que réunir tout le monde est une entreprise épineuse. Le club pourrait nommer un chef d’orchestre chargé de faire des choix pour composer une tracklist aussi solide que possible. Sofiane ne voudrait peut-être pas refaire ce qu’il a déjà fait il y a trois ans, il s’agirait donc de trouver un nouveau politicien aussi doué avec la diplomatie séquano-dyonisienne. https://www.youtube.com/embed/mbamEauMMsY?feature=oembed

Olympique Lyonnais

Le club de Jean-Michel Aulas a dominé le foot français de la tête et des épaules pendant les années 2000, enchaînant 7 titres consécutifs (2002-2008) et allant chercher une demi-finale de C1 en 2010. Sonny Anderson, Juninho, Coupet, Essien, Edmilson, Wiltord, sont alors les piliers de cette équipe. Malgré un redimensionnement inévitable, l’OL a su se maintenir dans le haut du panier de la Ligue 1 depuis vingt ans, terminant régulièrement sur le podium, et ne descendant qu’une seule fois en dessous de la 5ème place (7ème en 2019-2020).

Du côté de sa scène rap historique, Lyon a toujours dû composer avec la domination du binôme Paris-Marseille. Depuis quelques années, une nouvelle dynamique s’est mise en place, et la scène actuelle apparaît comme l’une des plus éclectiques à l’échelle nationale : il y a clairement un monde entre l’univers de Lucio Bukowski et celui d’Ashe 22. Surtout, la scène locale semble afficher une bonne entente générale, avec par exemple des collaborations intergénérationnelles entre membres de l’Animalerie et de Lyonzon.

Le casting pourrait donc s’avérer large et varié, entre jeunes espoirs (Tedax Max), anciens (Cassus Belli), artistes féminines (Chilla), indépendants (Kacem Wapalek), rappeurs signés en maisons de disques (Zeguerre) et même beatmakers (King Doudou). https://www.youtube.com/embed/GQw4vwYJ_v4?feature=oembed

OGC Nice

On l’a déjà dit à plusieurs reprises chez Mouv : la scène du 06 est l’une des plus intéressantes du rap français. Elle occupe une position analogue à celle du club de l’OGC Nice en Ligue 1 : si elle manque de véritables têtes d’affiches pour pouvoir concurrencer Paris ou Marseille, elle se maintient depuis quelques années dans la première partie de tableau, et crée régulièrement la surprise.

De Jason Voriz à Infinit en passant par Fares, Veust ou Sako, la sélection des Alpes-Maritimes pourrait s’appuyer sur de grosses individualités. Le projet pourrait même compter sur des parrains de luxe, Nekfeu ou DJ Weedim étant tous deux nés à Nice avant de développer leurs carrières respectives à Paris.

Comme l’hypothétique compilation de l’Olympique Lyonnais, celle de l’OGC Nice pourrait s’avérer particulièrement éclectique, étant donné l’écart manstrrueux entre la proposition artistique d’un trappeur à l’univers trash comme Jason Voriz et celle d’un lyriciste aux ambiances contemplatives comme Sako.

LOSC / RC Lens

Gradur, Michel, Ben PLG, Krilino, ZKR … Ces dernières années, le Nord est devenu l’une des scènes rap français les plus productives et efficaces. Côté foot, Lille cartonne, se classant parmi les 5 premiers de la Ligue 1 sept fois sur les dix dernières saisons, et arrachant deux fois le titre de champion. Le retour en Ligue 1 de Lens, auteur d’une magnifique saison l’an dernier, a rouvert la voie à des derbys enflammés (largement dominés par le LOSC pour le moment).

On pourrait donc imaginer que les deux clubs s’unissent pour réaliser une compilation : un double-album, par exemple, où chaque équipe aurait son CD. Reste à savoir si les deux clubs voudront s’entendre, et surtout, comment se positionneront les rappeurs : ceux-ci ont plutôt tendance à afficher leur sympathie pour le LOSC, alors que les soutiens publics au RC Lens sont assez rares, en particulier du côté des têtes d’affiche. En 2016, Gradur avait notamment fait parler de lui pour sa fausse-signature chez les Dogues. Cette année, il a poursuivi son partenariat avec le club en participant à la présentation des nouveaux maillots. Il pourrait donc très bien porter sur ses épaules une compilation du LOSC Records.

AS Monaco

Une équipe qui compte plus de supporters dans le monde du rap que dans son propre stade, avec des soutiens de poids : Luidji, Driver, LIM (pas supporter, mais sympathisant)… et même 50 Cent, auteur d’un concert privé pour les joueurs en 2017, même s’il était certainement plus intéressé par le cachet proposé que par le club. La renommée de l’AS Monaco dépasse largement les frontières de la principauté : il y a quelques jours, c’est le belge Krisy que l’on a vu endosser fièrement le maillot rouge et blanc, au cours de la présentation officielle des tuniques de la saison 2021-22. Le club monégasque pourrait donc mettre en place une jolie tracklist, avec de beaux visuels à mettre en avant si les clips étaient tournés sur le Rocher.

Ibrahima Diallo

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related post