224News.com

Bienvenue sur notre WebTV 224News.com est une plateforme Tv en ligne et un site d’actualités, partageant news quotidiens et émissions télévisées. Nos volets diversifiés : services de diffusion en ligne, campus voyages, promotion marketing et bannières publicitaires.

By SAtercom - Guinée

Bienvenue sur notre WebTV 224News.com est une plateforme Tv en ligne et un site d’actualités, partageant news quotidiens et émissions télévisées. Nos volets diversifiés : services de diffusion en ligne, campus voyages, promotion marketing et bannières publicitaires.

By SAtercom - Guinée

(BBC)Daniel Ortega : le fragile leader du Nicaragua et sa répression impitoyable contre ses rivaux.

 (BBC)Daniel Ortega : le fragile leader du Nicaragua et sa répression impitoyable contre ses rivaux.

Avant d’être assassiné en 1978, le journaliste Pedro Joaquín Chamorro a écrit une lettre ouverte au dictateur du Nicaragua, Anastasio Somoza Debayle.

Il y expliquait au chef militaire honni à quel point les gens de la rue le méprisaient et que son règne de fer ressemblait à “celui d’un roi dans les contes pour enfants”.

Trois ans plus tard, Chamorro était mort, sorti de la route et abattu par les sbires de Somoza.

Aujourd’hui, sa fille, la candidate présidentielle Cristiana Chamorro, est assignée à résidence par le gouvernement de Daniel Ortega, l’homme qui a contribué à chasser Somoza du pouvoir.

Sa détention pour blanchiment d’argent s’inscrit dans le cadre d’une répression alarmante des opposants notoires au président Ortega et à son épouse, la vice-présidente Rosario Murillo.

Au total, cinq candidats potentiels à l’élection présidentielle de novembre 2021 ont été arrêtés, ainsi que de nombreux journalistes et hommes d’affaires, la plupart en vertu d’une loi controversée sur la trahison.

“Nous sommes dans une période d’irrationalité absolue au Nicaragua”, déclare la poétesse et romancière Gioconda Belli.

Le 23 juin, Daniel Ortega est réapparu en public pour la première fois depuis le mois de mai. D’apparence frêle, l’homme de 75 ans a prononcé un discours typiquement grandiloquent qui a duré plus d’une heure et a couvert tous les sujets, des ambitions nucléaires de la Corée du Nord à la récente vague d’arrestations.

Il a insisté sur le fait que ces actions étaient justifiées et a déclaré que les détenus seraient “punis conformément à la loi” pour avoir prétendument commis des crimes contre l’État. “Le Nicaragua est le pays le plus sûr de la région”, a-t-il affirmé avec arrogance.

Ce n’est pas le cas, cependant, si vous êtes l’un des détracteurs du président.

Selon Gioconda Belli, les récents discours du vice-président Murillo sont tout aussi erratiques, “un mélange de religion et d’insultes qui dénoncent constamment les “putschistes” et le satanisme”. Les récits du gouvernement font preuve d’une paranoïa extrême”.

Le président nicaraguayen Daniel Ortega et son épouse, la vice-présidente Rosario Murillo lors d'un événement à Managua, le 29 août 2018.
Légende image, Le président Ortega et son épouse, la vice-présidente Rosario Murillo, vus ici lors d’un événement en 2018 à Managua.

La peur et la suspicion du couple présidentiel trouvent en partie leur origine dans les événements de 2018, lorsque les protestations contre la réforme des retraites se sont rapidement transformées en manifestations antigouvernementales beaucoup plus importantes. Les autorités ont répondu par la force létale et plus de 300 personnes ont été tuées, la majorité d’entre elles étant des manifestants anti-Ortega.

“En 2018, ils ont perdu la rue”, déclare le sociologue nicaraguayen Oscar René Vargas. “La répression a été menée pour que les gens ne retournent plus dans la rue”.

La loi sur la trahison et la répression qui s’en est suivie sont des signes que le président et son épouse considèrent leur règne comme “fragile”, affirme-t-il. Ils se sont tournés vers “la seule force qui leur reste – une alliance entre l’armée, la police et les paramilitaires [radicaux pro-Ortega]”.

C’est une perspective puissante et effrayante pour tout critique ou rival présidentiel qui se fait entendre. “Ils essaient de décapiter les dirigeants d’un mouvement social et d’éliminer toute possibilité d’un nouveau tsunami de soulèvement social”, déclare M. René Vargas d’un ton sombre.

Des policiers nicaraguayens se tiennent en formation et bloquent les journalistes travaillant devant la maison de la dirigeante de l'opposition Cristiana Chamorro.
Légende image, Des policiers devant la résidence de Cristiana Chamorro, qui est assignée à résidence.

Parmi les personnes arrêtées figure Dora María Téllez, ancien commandant du groupe rebelle sandiniste qui a mené une scission avec Daniel Ortega en 1990, après que celui-ci eut perdu le pouvoir à la suite de la violente guerre civile du Nicaragua.

La dernière fois que je lui ai parlé, elle se cachait du gouvernement Ortega. La veille, son domicile avait été perquisitionné par des agents du gouvernement et elle avait du mal à cacher son dégoût pour son ancien allié, même s’ils s’étaient séparés bien des années auparavant.

Le Nicaragua a “zéro démocratie, des institutions complètement corrompues, un régime qui ne se maintient que par la répression et la terreur”, a-t-elle déclaré depuis un lieu tenu secret. Elle risque maintenant 15 ans de prison.

La loi sur la trahison stipule en termes généraux que toute personne reconnue coupable d’avoir agi contre “l’indépendance, la souveraineté et l’autodétermination” du Nicaragua peut être désignée comme traître. Un système judiciaire profondément compromis peut facilement confondre une critique légitime du président avec des crimes contre l’État.

line

Le Nicaragua en bref

  • 1937 Le général Somoza est élu président. Il gouverne jusqu’à son assassinat en 1956. Son fils, Luis Somoza Debayle, lui succède.
  • 1967 – Luis Somoza meurt et son frère, Anastasio Somoza, lui succède.
  • 1978 – L’assassinat du leader de l’opposition Pedro Joaquín Chamorro rassemble les modérés et les rebelles du Front sandiniste de libération nationale (FSLN) pour évincer Somoza, qui s’enfuit en 1979.
  • 1984 – Daniel Ortega est élu président
  • 1990 – Ortega est battu lors d’une élection par Violeta Chamorro
  • 2006 – Après avoir perdu deux élections, Ortega est réélu après s’être présenté comme un socialiste chrétien.
  • 2011 – Ortega est autorisé à se représenter aux élections suite à des changements constitutionnels et gagne.
  • 2016 – Ortega est réélu à nouveau
line

Oscar René Vargas pense que l’équation qui se joue derrière les portes closes du palais présidentiel de Managua est simple : “Le pouvoir ou la mort”. Il dit que cela fait référence à une mort politique autant qu’à une mort physique, mais il pense qu’un fantôme de la guerre froide en particulier hante les pensées de M. Ortega.

“Ils ont peur de finir comme Nicolae Ceausescu en Roumanie”, remarque-t-il, en référence au dictateur communiste du pays, exécuté par un peloton d’exécution après une révolte nationale en décembre 1989. “Je pense que ce scénario est présent dans son esprit”.

Gioconda Belli affirme qu’une autre expérience hante également M. Ortega : sa défaite électorale en 1990. La défaite à la présidence l’a profondément marqué et il lui a fallu près de deux décennies pour reprendre le pouvoir. Aujourd’hui, il semble déterminé à le conserver à tout prix.

Signe que le passé est toujours présent au Nicaragua, sa rivale ce jour-là était Violeta Chamorro, l’épouse de Pedro Joaquín, le journaliste assassiné, et la mère de Cristiana Chamorro, qui a été assignée à résidence au début du mois.

Cristiana Chamorro parle aux médias à Managua, au Nicaragua, le 20 mai 2021.
Légende image, Cristiana Chamorro est la fille de l’ex-présidente Violeta Chamorro.

“L’empereur n’a pas de vêtements, l’empereur est nu”, déclare Mme Belli. “C’est ce que Pedro Joaquín a dit à Somoza et c’est ce qui arrive à Ortega depuis 2018. Mais comme ils n’ont aucune capacité d’autoréflexion sur les choses qu’ils ont faites, ils accusent plutôt le peuple.”

Ibrahima Diallo

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related post