l'infos du monde de dernières minutes 7j/7

(HuffPost)Pourquoi Guillaume Peltier, numéro 2 des Républicains, est évincé de son poste

 (HuffPost)Pourquoi Guillaume Peltier, numéro 2 des Républicains, est évincé de son poste

Le vice-président des Républicains va être sanctionné dans le cadre du bureau politique du parti qui se tient ce mardi.

Le député de Loir-et-Cher est visiblement allé trop loin. Ce mardi 6 juillet, Guillaume Peltier va être rétrogradé de son poste de numéro 2 des Républicains, selon les informations de L’Opinion confirmées au HuffPost. Une sanction que Christian Jacob annoncera lors du bureau politique qui se tient en fin de journée. En cause, les sorties polémiques de ce nouveau soutien de Xavier Bertrand

Et plus particulièrement les propos tenus le 30 mai sur RTL, dans lequel cet ancien du FN a plaidé pour la création d’une “justice exceptionnelle” sur le terrorisme avec la mise en place d’une “cour de sûreté préventive”, sans possibilité pour les condamnés de faire appel. Un arsenal judiciaire ébranlant les principes de l’État de droit auquel Guillaume Peltier a également ajouté la possibilité de sortir de la Cour européenne des droits de l’Homme, allant plus loin que Marine Le Pen sur ce terrain-là.  

Durant cette émission, l’intéressé s’était dit prêt à “travailler avec Robert Ménard”, maire de Béziers élu en 2014 avec le soutien du FN, et chantre de l’union des droites. “C’est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase, ses propos sur la hausse du Smic de 20% en 2018 avaient déjà fait bondir au siège”, souffle au HuffPost un membre du bureau politique, qui affirme que Guillaume Peltier s’attendait à cette sanction: “ses cartons sont prêts depuis plusieurs semaines”.

Remplacé par un “profil consensuel” 

Ce n’est donc pas son récent soutien apporté à Xavier Bertrand pour la présidentielle qui est à l’origine de cette rétrogradation, mais bien la liberté de ton de ce trublion de la droite et ses sorties de route par rapport à la ligne du parti. Pour le remplacer, Christian Jacob aurait opté pour un “profil consensuel” venant du monde parlementaire.

Plusieurs noms circulent pour récupérer ce poste de vice-président délégué, de l’eurodéputée LR Agnès Evren à la députée du Doubs Annie Genevard, qui multiplie les interventions musclées à l’Assemblée nationale, à l’occasion du projet de loi séparatisme. Deux profils féminins auxquels pourrait s’ajouter celui d’Aurélien Pradié, actuel numéro 3. Quant à Guillaume Peltier, il siègera désormais parmi les huit vice-présidents que compte le parti. 

Ibrahima Diallo

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related post