l'infos du monde de dernières minutes 7j/7

(Ri)La Russie viendra en aide au Tadjikistan – Pas vraiment une nouvelle

 (Ri)La Russie viendra en aide au Tadjikistan – Pas vraiment une nouvelle

C’était comme regarder un train en fuite plonger au ralenti dans l’abîme depuis la voie ferrée qui se termine brusquement au-dessus du précipice. Il était clair dès 2007-2008 que les États-Unis étaient en passe de perdre une nouvelle guerre. Selon Reuters :

« Le président du Tadjikistan a ordonné lundi la mobilisation de 20 000 réservistes militaires pour renforcer la frontière avec l’Afghanistan après que plus de 1 000 membres des forces de sécurité afghanes aient franchi la frontière en réaction aux avancées des militants talibans.

Les traversées de dimanche ont mis en évidence la détérioration rapide de la situation en Afghanistan, où les troupes étrangères sont sur le point de se retirer complètement après 20 ans de guerre et où les négociations de paix sont au point mort. Le président tadjik Emomali Rakhmon a multiplié les appels internationaux pour discuter de la situation avec ses alliés dans la région, notamment son homologue russe Vladimir Poutine, dont le pays a une importante présence militaire au Tadjikistan. Poutine a assuré à Rakhmon que Moscou aiderait l’ancienne république soviétique à stabiliser sa frontière avec l’Afghanistan si nécessaire, à la fois directement et par le biais d’un bloc de sécurité régional, a indiqué le Kremlin dans un communiqué.

La Russie exploite sa plus grande base militaire à l’étranger dans ce pays appauvri d’Asie centrale, où elle stationne des chars, des hélicoptères et des avions d’attaque au sol. Le Tadjikistan envisage de créer des camps pour les réfugiés potentiels d’Afghanistan, ont déclaré des sources gouvernementales à Reuters lundi ».

Qui aurait pu penser que les choses se passeraient ainsi, n’est-ce pas ? Je suis facétieux, bien sûr. Toute personne ayant un QI supérieur à la température ambiante savait déjà à l’époque qu’une catastrophe majeure se profilait en Afghanistan. Il est également important de savoir comment vous partez, de quelle manière. La base militaire 201 de la Russie au Tadjikistan est une formation militaire sérieuse, qui peut faire appel à tous les renforts dont elle peut avoir besoin et je suis sûr que le Tadjikistan n’aura guère d’objections. En 2017, la Russie a déjà transféré à l’armée tadjike un nombre important d’équipements modernes.

Et la présence même d’une puissante formation militaire russe est en soi un facteur substantiel de renforcement du moral du Tadjikistan. Comme les exercices d’artillerie russes d’hier.

« Les unités d’artillerie de la 201e base militaire russe effectuent des exercices de tir réel au Tadjikistan. L’exercice s’est déroulé dans le massif montagneux de Sambuli, environ 200 militaires y ont pris part, plus de 30 unités d’équipement militaire ont été impliquées. La 201e base militaire stationnée au Tadjikistan est la plus grande installation militaire de la Russie en dehors de ses frontières. La base militaire est située dans les villes de Dushanbe et Bokhtar. L’armement de la base militaire comprend des chars T-72, des véhicules blindés de transport de troupes BTR-82A, des systèmes de roquettes à lancement multiple Grad, des systèmes d’artillerie Gvozdika et Akatsiya ».

Nous pouvons, bien sûr, débattre jusqu’à ce que l’enfer gèle, de la gravité de la situation pour les États-Unis fuyant l’Afghanistan qui s’effondre au moment où je tape ces lignes et où le régime de Kaboul compte ses dernières semaines avant de tomber très probablement. Certains, comme l’ancien sénateur Ron Paul, parlent d’un nouveau Saigon.

« Bien qu’elle ne soit peut-être pas aussi dramatique que la « chute de Saigon » en 1975, où les hélicoptères de l’armée américaine se sont précipités pour évacuer le personnel du toit de l’Ambassade américaine, la leçon reste la même et n’est toujours pas apprise : tenter d’occuper, de contrôler et de refaire un pays étranger à l’image des États-Unis de Washington ne fonctionnera jamais. Cela est vrai, quelles que soient les sommes dépensées et le nombre de vies sacrifiées. En Afghanistan, à peine les troupes américaines quittent-elles une zone que les combattants talibans s’y engouffrent et prennent le contrôle. L’armée afghane semble plus ou moins en train de fondre. Ce week-end, les Talibans ont pris le contrôle d’un district clé de la province de Kandahar, alors que des soldats afghans ont disparu après quelques combats ».

Peut-être. C’est la seule guerre américaine moderne que j’ai personnellement soutenue, jusqu’en 2003, lorsqu’il est devenu évident qu’il ne s’agissait pas de lutter contre le terrorisme islamique, que les États-Unis ont aidé avec tant d’enthousiasme à devenir un mouvement mondial dans les années 1970 et 1980. Vous connaissez tous les circonstances.

Tant que l’Afghanistan ne sera pas divisé en enclaves ethniques et que la majorité des Pachtounes ne sera pas séparée des autres, ce qui implique la partition de ce pays, les choses continueront de se détériorer là-bas. Nous voici donc, 2 000 milliards de dollars et des milliers et des milliers de vies plus tard, l’Afghanistan va devenir un terrain de jeu pour les formes les plus radicales de la folie. Je suis sûr qu’il y aura, plus tard, d’autres itérations de « Manquement au Devoir 2.0, 3.0 et 4.0″ écrites par un officier américain mécontent qui continuera à croire que la guerre en Afghanistan, ainsi qu’au Vietnam et en Irak, « aurait pu être gagnée », si seulement l’Amérique… cessait d’être l’Amérique et devenait quelque chose de complètement différent dans sa façon de faire la guerre et de mener sa politique étrangère. Bien sûr, et je pourrais voler si j’étais Superman.

Les dommages causés à la réputation toujours polie et exagérée de l’Amérique sont gigantesques et il se peut que nous ne saisissions pas encore pleinement les ramifications de ce « retrait » précipité (oui, appelons-le ainsi) de l’Afghanistan.

De toute évidence, l’école de pensée selon laquelle les États-Unis voulaient mettre le feu à l’Afghanistan pour y attirer la Russie se trompe à bien des égards lorsqu’elle affirme cela, car la Russie n’est pas l’Union soviétique et elle ne reviendra pas en Afghanistan, pour commencer. Aujourd’hui, la Russie a des mandataires – les Tadjiks, les Ouzbeks, etc. Ces peuples et leurs gouvernements, aussi corrompus soient-ils, ne veulent pas être dirigés par des Talibans. Alors, laissons-les se battre s’il le faut.

Mais, je pense que, sur le plan purement militaire, la Russie est en bonne position pour fournir l’assistance requise sans s’impliquer dans des formations sérieuses ou dépenser des ressources propres importantes. Ils courent déjà vers Moscou. Hm, et je pensais qu’ils n’aimaient pas les Russes, clin d’œil. Regardez comme Emomali Rahmon aime Poutine et rappelle le passé soviétique et la victoire commune sur le nazisme le 8 mai de cette année.

Bien sûr, Vladimir Vladimirovitch a offert son aide au Tadjikistan. Mais la Russie de 2021 et la Russie de 2001 sont deux pays complètement différents et les Russes ont maintenant une bonne pratique du « qu’est-ce que j’y gagne ? » De nombreuses anciennes républiques soviétiques se sont soudainement retrouvées dans un territoire inexploré où elles supplient la Russie pour tout ce qu’elles veulent ou ce dont elles ont besoin. Hé, rien de personnel, juste les affaires. Après tout, c’est le capitalisme et la géopolitique de marché. S’ils n’aiment pas les conditions de la Russie, ils peuvent aller demander aux États-Unis… ah, attendez. Donc, vous voyez l’idée. En fait, il en va de même pour la Biélorussie ou tout autre pays de l’ex-URSS.

Par ailleurs, la Journée de la Marine russe approche (le dernier week-end de juillet) et quel spectacle ce sera – non seulement le projet 971 SSN Vepr et les navires modernisés Pr. 949AM Orel modernisé (avec sa monstrueuse salve de 72 P-800 Oniks) seront en ligne pour la parade navale principale à Kronstadt – mais, comme le rapporte TASS (en russe), le Pr. 955A (Borey-A) du SNLE Prince Vladimir sera également présenté. C’est un régal.

Région de Murmansk, Russie – 1 mars 2021 : Le sous-marin nucléaire lanceur d’engins Knyaz Vladimir de la marine russe entre dans la baie de Kola, au large de la côte russe de la mer de Barents, après avoir participé à une expédition dans l’océan Arctique. Le sous-marin Knyaz Vladimir a été mis à l’eau à Sevmash le 30 juillet 2012. Il a été construit selon le projet Borei-A modernisé (projet 955A) et appartient à la quatrième génération de sous-marins à propulsion nucléaire construits pour la marine russe. Lev Fedoseyev/TASS

Les trois sous-marins naviguent maintenant du nord vers la mer Baltique. Attendez-vous à des vidéos impressionnantes du Danemark. Au diable le COVID-19, j’aurais pu être à Saint-Pétersbourg et à Kronstadt en juillet, me saouler avec mes amis et camarades de classe et prendre des photos, ou plutôt faire le contraire, prendre des photos et me saouler, si vous voyez ce que je veux dire. Mais…

Ibrahima Diallo

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related post