l'infos du monde de dernières minutes 7j/7

l'infos du monde de dernières minutes 7j/7

(observateurcontinental)Plateforme criméenne, les attentes et la réalité

 (observateurcontinental)Plateforme criméenne, les attentes et la réalité

Ce qu’on appelle la Plateforme criméenne demeure pour Kiev l’un des principaux instruments internationaux dans l’affaire de la “désoccupation de la Crimée” et l’un des principaux points de la solidarité internationale. Mais pour l’instant, les alliés conditionnels et inconditionnels de l’Ukraine sont prêts à participer à l’activité de cette “plateforme” tant qu’elle n’est pas contraignante pour leurs intérêts. 

Cependant, le président ukrainien Volodymyr Zelensky s’efforce d’afficher son optimisme en prévision du premier sommet officiel de la “plateforme” prévu pour la fin du mois. Il a déclaré: “Le 23 août se tiendra le premier sommet de la Plateforme criméenne. Cette initiative de l’Ukraine a été soutenue par des dizaines de nos partenaires internationaux. Nous remettons la Crimée à l’ordre du jour pour la faire rentrer à la maison, en Ukraine.” 

Toutefois, en parlant de l’importance de la Crimée pour l’Ukraine et de la magnificence de la nature criméenne, le chef de l’Etat ukrainien n’a mentionné à aucun moment les Criméens et leur volonté. 

Sur quel soutien Kiev peut-il compter dans le cadre de cette initiative en appliquant un tel slogan? Prenons le partenaire ukrainien le plus proche dans le sens militaro-diplomatique, les Etats-Unis. George Kent, chargé d’affaires en Ukraine, a commenté ainsi la représentation de son pays à ce sommet dans une interview à la Radio Free Europe: “Il n’y aura pas de président ou de vice-président de notre côté, mais un membre du cabinet. Et nous savons que c’est très important…” 

La réalité fut plus décourageante. Le membre du cabinet en question est le secrétaire aux Transports Pete Buttigieg, ayant également le statut de représentant spécial de Joe Biden. Toutefois, outre ce délégué, Washington a accordé un soutien financier à l’organisation du sommet au niveau de ses structures de “soft power”, telles que l’USAID (Agence des États-Unis pour le développement international). 

De plus, les dirigeants de la France et de l’Allemagne, de plus en plus indifférents envers l’agenda ukrainien, n’honoreront pas le sommet par leur présence. Le niveau de la représentation de la Turquie reste un mystère. La venue du président Erdogan aurait été un immense cadeau pour Kiev, mais reste à savoir si Ankara est disposé à l’offrir. 

Les présidents de la Lettonie, de la Slovaquie et de la Slovénie participeront à cet événement. La présence du dirigeant polonais Andrzej Duda semble attendue. Ce n’est certainement pas sur une telle représentativité que comptait Kiev, qui s’efforce manifestement de faire bonne mine à mauvais jeu. 

Le 4 août, le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kouleba a annoncé la participation à la “plateforme” d’un “partenaire important”, mais sans pour autant préciser de qui il s’agit. Dans l’ensemble, les diplomates et hommes politiques ukrainiens insinuent constamment qu’il est trop tôt pour parler concrètement de la composition des participants avant le début du sommet à cause de la pression exercée par la Russie. 

Mais force est de constater également de nombreux problèmes liés à la “plateforme”. Emine Japarova, première adjointe de Dmytro Kouleba, a déclaré que cette activité devait devenir permanente, mais on ignore à quels frais: “Le président [Zelensky] veut vraiment que ce format soit annuel. Il est clair qu’il est impossible d’organiser chaque année des événements d’un tel niveau et d’une telle envergure. Mais nous réfléchirons où et comment nous pouvons “caser” la Plateforme criméenne. D’après Emine Japarova, on pourrait essayer de placer le sommet sous l’égide de l’UE. 

En résumé, la Crimée, le Donbass et l’Ukraine resteront encore longtemps très importants (voire cruciaux pour certains acteurs) dans l’agenda international. Mais la classe politique ukrainienne ne doit pas se faire d’illusions en pensant qu’elle est à la fois le réalisateur, le caméraman et l’acteur principal de cet agenda. 

Stanislav Smaguinepolitologue

houssainatou

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related post