l'infos du monde de dernières minutes 7j/7

Revue des hebdos Macky donne des arguments à Alpha, les mercenaires qui secouent le RPG…(guineenews.org)

 Revue des hebdos  Macky donne des arguments à Alpha, les mercenaires qui secouent le RPG…(guineenews.org)

Cette semaine, dans la revue des hebdos de Guinée, « le musellement de l’opposition au Sénégal », « les jeunes mercenaires qui secouent le RPG », le discours d’Alpha Condé au Guinea Investiment Foum (GUIF).

« Les Guinéens piqués au…Guif ! », titre  Le Lynx sur la cérémonie d’ouverture du GUIF. Le satirique écrit que « les 24 et 25 février s’est déroulée, dans un réceptif hôtelier de Cona-cris, une randonnée d’affaires dénommée Guinea investment forum (GUIF). En présidant la cérémonie d’ouverture, Alpha Grimpeur a qualifié les Guinéens de ‘’ tortue ‘’ et promis de sévir, en vue de ‘’ Gouverner autrement ‘’ ». Le journal rappelle que le Guif, c’était pour attirer les investisseurs étrangers vers la Guinée. [Mais], dès l’entame, les Guinéens se sont attirés les foudres de leur homme-fort, qu’ils viennent d’élire pour six ans, afin de « Gouverner autrement ».  Pour Le Lynx, s’il semblait être sur un nuage durant ses deux premiers mandats, Alpha Grimpeur s’est réveillé de sa torpeur. « La présidentielle de 2020 lui a servi d’unité de mesure de sa côte de popularité. Désormais, il cherche à se racheter aux yeux des Guinéens qu’il injurie, en prônant une gouvernance vertueuse…», analyse le satirique.

« Arène politique/ Qui sont ces jeunes mercenaires qui secouent le RPG ? », barre à sa Une Le Populaire. « Faut-il nettoyer les écuries d’Augias ? » Pour le journal cette question pertinente s’impose désormais au parti présidentiel, vainqueur de la dernière présidentielle et en proie à des velléités subversives internes. Le journal écrit que des jeunes se réclamant du parti font la ronde des médias pour déverser leur trop plein de bile sur leurs dirigeants avec un objectif inavouable. Le Populaire parle même de jeunes mercenaires manipulés, affamés et corrompus. Ces jeunes, selon le journal, sont mécontents. « On sait que ce parti regorge de  » mécontents ‘’, les uns et les autres estimant être ministrables ou écartés du partage du gâteau après avoir milité à l’aube du RPG. Aujourd’hui, ceux-là se sentent en disgrâce, en tous les cas exclus des postes de décision tant convoités. D’où les agissements qui visent à discréditer certains hauts responsables du parti et certains membres du gouvernement, où il faut reconnaître qu’il ne peut y avoir de places pour tout le monde », écrit Le Populaire.  « Tout militant qui se sent lésé ou victime d’une injustice doit s’adresser aux structures du parti et à ses responsables, au lieu d’aller vers les réseaux sociaux ou les radios privées pour ce lamenter…Ceux qui s’évertuent à cette gymnastique, ou insultent le Professeur Alpha Condé ne peuvent être que des mercenaires à la solde d’une opposition déguisée… », dit d’ailleurs l’inspecteur général de la jeunesse du Rpg arc-en-ciel, Mohamed Saïd Touré, cité par Le Populaire.

« Musellement de l’opposition/ Quand Macky donne des arguments à Alpha », estime La Lance dans son numéro du 3 mars 2021. « Alpha Condé et Macky Sall : deux présidents divergents et convergents à la fois, qui s’attèlent à réduire au silence leurs opposants. Au Sénégal, Ousmane Sonko est menacé de procès, comme autrefois Karim Wade et Khalifa Sall, alors qu’en Guinée, Aliou Bah et Amadou Djouldé Diallo allongent la liste d’opposants dans le collimateur de la justice », écrit le journal.  Macky, sur la voie du troisième mandat ?  S’interroge même le journal. « Ils ont beau être divergents, Alpha Condé et Macky Sall ont quelque chose de commun : tous deux s’attèlent méthodiquement à tuer toute force de contestation. Soit au moyen des ralliements (voie douce) ou par la répression, voire la prison. Lorsque des opposants comme Idrissa Seck s’allient au pouvoir en occupant le Conseil économique, social et environnemental, poste qui fait de lui la troisième personnalité de l’Etat (par ordre protocolaire), le jeune leader du Pastef, 47 ans, révélé au public lors de la présidentielle de février 2019 (16% des votes), devenait quant à lui l’opposant numéro un à Macky. Son refus de toute alliance ou compromission l’a rendu de plus en plus gênant aux yeux du chef de l’Etat qui écarte même les cadres ambitieux, présidentiables de sa propre mouvance. De quoi interroger sur ses hypothétiques ambitions de briguer à son tour un troisième mandat. Ce qui conforterait à nouveau Alpha Condé qui nie compter un seul opposant politique dans ses geôles ! Et pourtant… », analyse La Lance.

kadi

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related post