224News.com

Bienvenue sur notre WebTV 224News.com est une plateforme Tv en ligne et un site d’actualités, partageant news quotidiens et émissions télévisées. Nos volets diversifiés : services de diffusion en ligne, campus voyages, promotion marketing et bannières publicitaires.

By SAtercom - Guinée

Bienvenue sur notre WebTV 224News.com est une plateforme Tv en ligne et un site d’actualités, partageant news quotidiens et émissions télévisées. Nos volets diversifiés : services de diffusion en ligne, campus voyages, promotion marketing et bannières publicitaires.

By SAtercom - Guinée

(Reseauinternational)Malcolm X nous a prévenus

 (Reseauinternational)Malcolm X nous a prévenus

« Il n’y a rien de mieux que l’adversité. Chaque défaite, chaque déchirement, chaque perte, contient sa propre graine, sa propre leçon sur la façon d’améliorer votre performance la prochaine fois » ~ Malcolm X

Malcolm X nous a prévenus : « Le pire ennemi que le Nègre a est cet homme blanc qui court ici, bave à la bouche, en professant aimer les Nègres et en se disant libéral, et c’est en suivant ces libéraux blancs que les problèmes des Nègres se sont perpétués. Si le Nègre n’était pas pris, piégé ou trompé par le libéral blanc, alors les Nègres se rassembleraient et résoudraient leurs propres problèmes. Je ne cite ces éléments que pour vous montrer qu’en Amérique, l’histoire du blanc libéral n’a été qu’une série de tromperies destinées à faire croire aux Nègres que le blanc libéral allait résoudre nos problèmes. Nos problèmes ne seront jamais résolus par l’homme blanc ».

Le capitalisme, comme toute idéologie, peut devenir fanatique par nature et mortel par la facilité et la rapidité avec lesquelles il se répand. Dans le cas du capitalisme, c’est par le biais du consumérisme. Lorsque les économies et les sociétés étaient à l’échelle locale et régionale, le consumérisme ne voyageait pas loin. Mais avec la mondialisation, en particulier sous le capitalisme financier, le consumérisme voyage librement et loin.

Nous avons beaucoup appris avec le COVID-19. Il est important de noter que la subversion capitaliste utilisée par le gouvernement américain dans les pays communistes et neutres est revenue aux États-Unis. La subversion capitaliste est plus connue sous le nom de relations publiques, de son fondateur Edward Bernays, et la principale stratégie employée par les grandes entreprises américaines pour garder le pouvoir.

Selon Pew, le public américain est largement critique à l’égard du pouvoir détenu par les grandes entreprises aux États-Unis et des profits réalisés par les sociétés commerciales. En fait, les mouvements anticapitalistes et l’antiaméricanisme ont balayé le monde (par exemple, les Gilets jaunes et Me Too Inceste en France). Certaines entreprises se sont positionnées comme des entités politiques avec un « capitalisme arc-en-ciel » et certaines ont même servi de « vitrine » à la CIA. Ces entreprises sont maintenant confrontées à un retour de bâton. Les conditions actuelles ne sont pas sans rappeler les années 1960 et le Mouvement des Droits civiques. La différence est que les entreprises sont entrées dans la mêlée.

Dans les années 1960, c’était le public américain qui protestait contre la guerre du Vietnam.

Malcolm X a été le premier dirigeant afro-américain de premier plan à dénoncer la guerre du Vietnam, et d’autres ont rapidement suivi son exemple.

Aujourd’hui, c’est un mouvement de protestation contre les guerres sans fin et les interventions militaires (par exemple, les « révolutions de couleur »).

Dans les deux cas, les conditions sous-jacentes sont l’oppression des non-Blancs, des LGBT et des femmes.

Après la chute du communisme, les intérêts commerciaux américains sont devenus de plus en plus dominants dans la politique américaine. La démocratie n’existe plus dans le monde depuis la France du XVIIIe siècle. Et le capitalisme est aux antipodes de la démocratie.

La CIA, qui est un produit de la Guerre froide, est littéralement « l’armée invisible du capitalisme ». Sa fonction est de servir les très riches, les entreprises et l’expansion capitaliste américaine. C’est le cas depuis la création de la CIA. La CIA ne sert pas le peuple américain, en fait, elle travaille contre nous, en particulier contre les Noirs.

On commence à comprendre que les sociétés, les grandes entreprises technologiques, sont des entreprises appartenant au gouvernement américain – Amazon, Google, Facebook, Twitter et YouTube. Cela a été établi il y a des décennies et est cité dans le livre « Critical Path » de R. Buckminster Fuller (1981) : « J’appelle la CIA, ‘l’armée invisible du capitalisme’ ». Le terme est « organisation propriétaire de la CIA » et est détaillé dans le cas d’ « Air America dans la CIA et le culte du renseignement », de John D. Marks et Victor Marchetti (1974).

Mon employeur à Chicago, ShoreBank, une banque noire du Southside, avait ce genre de liens politiques, une relation secrète avec le Parti démocrate, ce qui a finalement causé sa perte. Cet aspect clandestin doit être abordé de manière appropriée et publique. C’est une réalité à laquelle chaque Américain est confronté aujourd’hui.

Rien ne peut être changé tant que l’on n’y fait pas face. Nous sommes confrontés à l’échec du capitalisme en tant qu’économie mondiale, et à la politique identitaire qui en est le vecteur. ShoreBank reste un exemple édifiant de la façon dont les efforts de type socialiste en Amérique sont souvent réduits à néant par les entreprises capitalistes. Barack Obama n’a rien fait pour l’empêcher.

Barack Obama essaie maintenant de prétendre qu’il était un critique de l’industrie financière qui a été profondément blessé d’être obligé de renflouer Wall Street – alors qu’il était le plus grand supporter et complice de Wall Street. Le résultat est une version économique de la guerre d’Irak, où tous les faits, les mensonges et la cupidité sont effacés, les médias d’élite jouant le rôle de la machine à nettoyer les cerveaux dans « Eternal Sunshine of the Spotless Mind ».

Il est important de ne pas se laisser distraire par les termes « capitaliste » et « socialiste ». Il faut plutôt considérer que le capitalisme fait passer le profit avant les gens et que le socialisme fait passer les gens avant le profit. En tant que tel, le monde peut être divisé en deux : les pays socialistes et les pays capitalistes. La race et le capitalisme sont inextricablement liés. C’est la principale tension.

Il est également important de ne pas penser au pouvoir d’une manière dystopique, le pouvoir capitaliste est simplement le pouvoir des affaires. L’objectif de l’État capitaliste est simple : toute discussion sur le capitalisme, où que ce soit dans le monde, doit être soumise au contrôle capitaliste. Cela s’applique à tous les secteurs d’activité, en particulier les médias, le divertissement, l’édition, le monde universitaire et la politique. C’est la tension secondaire.

Malcolm X nous a prévenus : « Les médias sont l’entité la plus puissante sur terre. Ils ont le pouvoir de rendre l’innocent coupable et de rendre le coupable innocent, et c’est ça le pouvoir. Parce qu’ils contrôlent l’esprit des masses ».

Selon le site web de l’Organisation internationale du Travail, seulement 27% de la population mondiale a un accès adéquat aux programmes de protection sociale, et plus de la moitié de la population mondiale n’y a pas accès du tout. Dans les pays industrialisés, les systèmes de protection sociale ou « filets de sécurité » sont des programmes courants créés pour prévenir la pauvreté, réduire les inégalités sociales et économiques et permettre l’accès aux soins de santé et à l’éducation. Parmi ces nations, le type et le montant de la protection sociale offerte varient considérablement. Les États-Unis, première économie mondiale dont le produit intérieur brut (PIB) devrait dépasser 21 000 milliards de dollars en 2019, offrent beaucoup moins de protections sociales que les autres pays industrialisés.

Conformément à sa tendance à s’en remettre au secteur privé pour atténuer les difficultés, le gouvernement américain dépense moins que la moyenne pour l’assurance chômage, l’assurance invalidité et l’indemnisation des travailleurs. C’est également le pays dont le PIB des dépenses publiques est le plus faible pour les programmes du marché du travail, qui fournissent des services aux employés, la formation professionnelle et la création d’emplois. Le plus significatif est peut-être que les États-Unis sont le seul pays qui ne fournit pas d’assurance maladie automatique ou obligatoire à l’ensemble de la population. Seulement 32% de la population américaine bénéficie d’une couverture obligatoire, tandis que 64% de la population américaine bénéficie d’une couverture volontaire et que 16% de la population américaine n’est pas assurée.

Cette tension tertiaire met au premier plan le filet de sécurité sociale en tant que considération mondiale.

Il sera intéressant d’évaluer ces tensions à mesure que le monde continuera de changer.

Le monde a changé et continue de changer assez rapidement. La semaine dernière, le premier ministre israélien Benyamin Netanyahou, le pilier des politiques identitaires et du capitalisme mondial, a perdu sa tentative de réélection, après qu’Israël ait été critiqué pour son traitement des Palestiniens et l’apartheid qui en a résulté. Les États-Unis se sont liés à Israël et notre politique étrangère est la même. Pas plus tard qu’hier, la vice-présidente des États-Unis a fait des apparitions en Amérique latine, en grande partie non souhaitées. Il y a un sentiment anti-américain dans l’esprit du temps. Je travaillais aux Pays-Bas pendant la crise financière mondiale de 2008 que les États-Unis ont provoquée, je connais les signes révélateurs.

Malcolm X nous a prévenus : « L’argument sioniste pour justifier l’occupation actuelle de la Palestine arabe par Israël n’a aucune base intelligente ou légale dans l’histoire ».

Nous avons l’occasion, dès maintenant, de ne pas seulement réfléchir aux systèmes qui maintiennent les gens à terre, mais aussi de travailler sur des solutions qui aident les gens à se relever. Le moment est venu d’investir dans des infrastructures qui survivront à la pandémie et qui nous permettront de continuer à nous entraider.

L’expansion géographique est fondamentale pour le capitalisme. Dès ses débuts au XVe siècle, le capitalisme a tiré des capitaux de la destruction des civilisations antérieures et des profits du commerce avec le « tiers monde ». Plus généralement, les effets de l’accumulation capitaliste comprennent des niveaux de vie misérables, une économie presque exclusivement orientée vers l’exportation et des taux d’exploitation élevés. L’expansion géographique du capitalisme a entraîné des menaces humaines fondamentales pour les environnements locaux, régionaux et mondiaux, notamment la surexploitation des espèces, la destruction des habitats et l’introduction d’espèces exotiques et, en fin de compte, le changement climatique mondial.

Il faut tenir compte de la longue durée du capitalisme. La réalité est une économie de guerre de cent ans et la structure de l’expansion capitaliste mondiale après la Seconde Guerre mondiale – la main invisible du capitalisme.

Le socialisme est une menace pour l’expansion géographique fondamentale du capitalisme. Chaque fois que les États-Unis ont embrassé le socialisme, les capitalistes se sont vengés.

La relation est très ténue.

Malcolm X nous a prévenus : « Il ne peut être qu’un suceur de sang s’il veut être un capitaliste. Il doit le puiser ailleurs que chez lui, et c’est là qu’il le trouve – chez quelqu’un ou quelque part ailleurs que chez lui. Donc, quand nous regardons le continent africain, quand nous regardons les problèmes qui se posent entre l’Est et l’Ouest, nous constatons que les nations d’Afrique développent des systèmes socialistes pour résoudre leurs problèmes ».

Malcolm X a dit cela en 1964, il y a cinquante-sept ans. Il prédisait le désastre du capitalisme.

Né au XIXe siècle, l’économiste autrichien Joseph Schumpeter a qualifié le capitalisme actuel de « destruction créatrice ». Schumpeter a également prédit que le capitalisme périrait. Les capitalistes ne peuvent pas reconnaître que c’est ce qui se passe en fait. Ils sont trop occupés à détruire des choses.

Nicholas Molodyko


source : https://blogs.mediapart.fr/nicholas-molodyko

houssainatou

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related post